10 conseils de Jean-Philippe Tastet aux restaurateurs

Mis à jour le 11 novembre 2019   |   Publié le 30 septembre 2015   |   779 partages
_

Jean-Philippe Tastet est critique de restaurants et chroniqueur gastronomique depuis plus de 20 ans. Au fil des ans, il a visité des milliers de restaurants. C’est entre autres de son nom « Tastet » qu’a commencé ce site.

10 conseils de Jean-Philippe Tastet aux restaurateurs

Voici 10 petits conseils de sa part concernant les restaurants :

1- Un sourire à l’accueil est toujours apprécié. Dans la voix, au téléphone ou en personne.

2- Essayez de vous souvenir des têtes, des noms ou des commandes des clients, leur expérience sera beaucoup plus agréable.

3- Si les verres ou les ustensiles sur la table ne sont pas impeccables, votre maison n’a pas l’air impeccable elle non plus. Oui, c’est un détail important. La prochaine fois, le client ira peut-être manger ailleurs.

4- Si votre cuisine est ouverte, ne vous décrottez pas le nez, et ne criez pas. Une cuisine bien opérée ne ressemble pas à ça. Votre cuisine est ‘ouverte’ et beaucoup de clientes et de clients apprécient suivre votre travail ; vous faites partie du show, donnez-en donc un beau, propre, et agréable.

5- À moins que votre client semble venir de la planète Mars, ne lui dites pas que ce qu’il demande est « impossible » ; essayez de lui faire sentir que vous essayez de lui donner ce qu’il souhaite ou proposez une solution de remplacement.

6- Connaissez votre menu. Si la cliente vous demande ce qu’il y a dans un de vos plats et que vous lui dites « je dois vérifier en cuisine », ça ne regarde pas bien. Et ce n’est pas toujours la faute des gens en salle, les chefs devraient faire goûter à leur personnel les plats que ce personnel devra vendre. Pour bien vendre, il faut connaître.

7- Profitez de la saisonnalité des produits du Québec : la belle saison est si courte, lâchez-vous lousse dans vos plats du jour et, à l’automne par exemple, profitez de nos tomates et de nos champignons québécois.

8- L’effort des gens en salle ou en cuisine, ça se ressent partout dans un restaurant. Le travail bien fait et le cœur au ventre en restauration, ça ne s’achète pas. Ne lâchez pas.

9- Si vous réussissez à faire une bonne salade verte, une simple purée ou une salade de tomates parfaite, c’est un très bon indicateur. Les choses simples sont toujours les plus difficiles à réussir.

10- SVP, essayez vraiment de ne pas laisser de fautes d’orthographe dans votre menu ; ma fille en fait déjà assez. (Merci papa — P.S. Notez qu’il était prof de français avant d’être journaliste, d’où son œil de lynx impitoyable pour l’orthographe, la grammaire et la syntaxe.)

Vous pouvez lire les critiques de Jean-Philippe Tastet trois vendredis par mois dans le journal Le Devoir et ses chroniques dans divers magazines dont Montréal Centre-ville ou sur ce site, surtout dans la section produits et voyages gourmands.

Suggérer une amélioration à cet article
Partagez

Et aussi…

Et aussi et vice-versa :