• 4 j’aime

Millmans : casse-croûte pour tous à Verdun

Millmans - Pancakes Millmans - Devanture Millmans - Menu Millmans - Assiette Déjeuner Millmans - Sandwich au poulet frit Millmans - Bagel au gravlax Millmans - Items du menu Millmans - Pancakes Millmans - Le chef-propriétaire Nicholas Gaudette Millmans - Intérieur et comptoir Millmans - Banquettes vintage

Quelques semaines avant l’ouverture de Millmans, par le plus grand des hasards, j’ai croisé Mr. Sign, pinceau à la main, en plein travail sur l’enseigne du resto, sur la rue Wellington. Intrigué, je me suis arrêté pour lui parler.

Un curieux en attire toujours un autre: deux hommes dans la fleur de l’âge s’approchent aussi pour savoir de quoi il en retourne: «C’est comme un casse-croûte, but 8% fancy», leur rétorque Mr. Sign, dans son plus beau franglais.

On n’aurait pu choisir une meilleur image pour décrire Millmans. Le chef-propriétaire Nicholas Gaudette suggère quant à lui l’expression «fine diner», qui sied aussi très bien.

«Pas fine dining, précise-t-il, fine diner. On est pas fancy, mais on essaie de rehausser l’expérience traditionnelle d’un casse-croûte.»

Après avoir passé dans les cuisines de plusieurs restos milieu et haut de gamme – Lavanderia, Le Pois Penché, Dandy et Café Maman – le chef-propriétaire avait envie de revenir à l’essentiel: «Je voulais cuisiner la cuisine que j’aime manger. C’est pour ça que je voulais ouvrir un casse-croûte», dit-il.

Millmans, c’est un hommage au snack-bar d’antan, mais avec un petit plus. Une cuisine simple, réconfortante, accessible et abordable. «Tu as un bon gros repas avec un super bon café pour moins de 25$. Tu sors le ventre plein, ton porte-feuille reste plein et t’es ben content», résume Nicholas.

Voilà qui devrait plaire autant aux Verdunois de souche qu’aux jeunes familles qui migrent en masses dans le quartier, qui s’est énormément développé dans les dix dernières années, mais pas toujours sans heurts.

Des classiques pour le déjeuner et pour le lunch

Derrière le comptoir, Nicholas s’occupe un peu de tout: la mise en place, la cuisine, la plonge. Son menu est composé de bons vieux classiques indétrônables du matin et du midi: assiette déjeuner, sandwich dej avec un oeuf coulant et une généreuse tranche de bacon fumé, bagel au gravlax, pancakes bien moelleuses; et pour le lunch, sandwich au poulet frit, burger, smoked meat, salade césar. Certains items changeront selon les saisons, comme les soupes et les salades.

Rien de révolutionnaire, juste des bons plats qui font du bien, cuisinés avec des bons ingrédients.

D’ailleurs, Nicholas Gaudette s’approvisionne localement pour la plupart de ses plats: le pain au levain vient de chez Miette, les buns de Beecraft (aussi à Verdun), la viande de la Boucherie de Tours au Marché Atwater, les bagels du Trou, dans la Petite Bourgogne. Tout le reste est fait maison – «À part le ketchup et la moutarde», blague le chef.

Classique, mais pas rétro

Nicholas a imaginé le décor de Millmans avec la designer Chloé Trudeau. Banquettes en cuirette, tabourets chromés distributrices à napkins: le décor est rempli de clins d’oeil aux casse-croûte d’autrefois, sans toutefois tomber dans le rétro. «Je ne voulais pas recréer un casse-croûte vintage. Je veux que ce soit rétro dans 40 ans», de dire le chef.

Le studio Fine & Dry, à St-Henri, a dessiné le logo et les illustrations qui se retrouvent sur les napperons en papier et les vêtements à l’effigie du restaurant. Et c’est à Dave Arnold, alias Mr. Sign, qu’on doit la devanture colorée peinte à la main.

L’ensemble est sympathique, chaleureux et sans prétention. On s’imagine lire un bon vieux journal papier, les coudes sur le comptoir, en buvant un café filtre.

En résumé, Millmans est un casse-croûte honnête, accueillant et abordable. C’est l’endroit idéal pour un déjeuner ou un lunch avec la petite famille (notre critique en herbe de deux ans a d’ailleurs adoré ses pancakes!).

Notez que l’adresse ne prend pas de réservations, donc on vous suggère d’arriver tôt si vous voulez vous assurer d’avoir une table aux heures de pointe, surtout le weekend.


Photographié par Alison Slattery



Du magazine