• 33 j’aime

larrys : remarquable café, buvette, caviste du Mile End

menu  nourriture larrys assiette déjeuner larrys caviste larrys menu ardoise larrys fenêtre larrys

Ce larrys est un petit café-resto-bar incontournable en ville, qui prend place dans l’ancien local du Lawrence au coin du boulevard Saint-Laurent et Fairmont Est. Des mêmes propriétaires que le restaurant Lawrence — Sefi Amir et Marc Cohen —,  l’établissement est absolument charmant et on le recommande à tous.

Voyez le larrys comme un café européen ; un endroit ouvert toute la journée, sept jours sur sept, où vous pouvez venir prendre un café et grignoter pour le déjeuner, le dîner ou le souper. « On voulait juste être un endroit où l’on peut passer à n’importe quelle heure de la journée, n’importe quel jour de la semaine et prendre un verre ou manger. On ne voulait pas être contraints à une définition. » Le larry’s est comme un archétype polyvalent, comme on voit souvent en Europe. L’adresse fait à la fois office de café et de buvette mais aussi de caviste pour ceux qui cherchent une jolie bouteille à emporter. On retrouve d’ailleurs le larrys dans notre liste de très bon lunchs à moins de 10$ dans le Mile-End, des meilleurs cavistes et des meilleurs brunchs en ville.

Le menu a été conçu par Marc Cohen, co-propriétaire. Il est entièrement composé de petites bouchées : terrines, charcuteries (parmi les meilleurs planches de charcuterie en ville), soupes, salades, mijotés, frites, tartares (un des meilleurs), etc., le tout apprêté avec délicatesse et beaucoup de goût. Tout ici est vraiment très bon !  En salle, vous retrouverez Keaton Ritchie, qui ajoute au bonheur des visites et qui s’occupe également de la carte des vins composée entièrement en importation privée. On y trouve de belles références et le travail de vignerons qui ont à cœur le respect du produit et de la nature.

larrys, c’est la version améliorée du larrys que l’on a connu autrefois avec un espace plus grand, une option à emporter qui s’est ajoutée et un menu prix tout inclu !


Photographié par Matthew Perrin





On en parle dans

Du magazine