Le futur du tourisme en quelques chiffres : le numérique au cœur de l’expérience

Mis à jour le 3 octobre 2020   |   Publié le 3 octobre 2020   |   12 partages
futur tourisme

L’année 2020 nous aura réservé bien des surprises ! Même si tout le monde s’est résigné à se conformer aux nouvelles réalités, la crise sanitaire aura amené de grands changements dans notre quotidien. S’il a fallu apprendre à concilier travail et vie familiale avec le télé-travail, le tourisme est un tout autre sujet dans ces circonstances de crise sanitaire. Quel est le futur du tourisme en 2020 ?

Du tourisme international au tourisme local

« Se réinventer » s’est imposé comme la devise de cette année. Cette formule s’est révélée malheureusement parfois difficile à adopter pour certains secteurs basées sur des expériences physiques dites « expériences clients ».

Parmi les nombreux secteurs grandement touchés par la crise, le tourisme a été frappé de plein fouet !  Partout dans le monde, le tourisme international a laissé place au tourisme local, pandémie oblige. Par un véritable effet domino, la restauration, l’hôtellerie, les loisirs et autres activités de divertissement ont donc tous été très touchés par la situation actuelle. Partout où l’on va, les touristes étrangers manquent à l’appel. Les résidents sont ainsi appelés à encourager leur économie locale, partout dans la Province.

Lors d’un point de presse sur la pandémie pendant l’été, François Legault s’est adressé ainsi aux Québécoises et aux Québécois sur le sujet : « Évidemment, les hôtels sont vides… Ce que l’on souhaite, c’est que les gens voyagent au Québec cet été, puis que l’on encourage, entre autres, dans toutes les régions du Québec, le tourisme ». Québec a également annoncé en juin un plan de relance qui s’élève à 753 M$ pour aider le secteur du tourisme, auxquels se greffent des forfaits au rabais.

Et pourtant selon une étude récente, Deloitte nous dresse un tableau, à première vue, peu rassurant du tourisme en 2020… En ces temps incertains seulement une minorité de la population se sentirait à l’aise de continuer à soutenir l’économie du tourisme, ayant redirigé leurs priorités.

Quelques chiffres proposés par Deloitte pour se situer aujourd’hui :

  • 15 % des consommateurs canadiens affirment qu’ils se sentiraient à l’aise de participer à un événement en personne ;
  • 34 % se sentiraient à l’aise de manger au restaurant ;
  • 29 % se sentiraient à l’aise d’aller à l’hôtel.

Une réinvention numérique essentielle 

Si l’expérience doit être la plus sécuritaire possible dans chacune de ces sphères, les différentes organisations doivent quant à elles garder une ambiance agréable et divertissante pour rassurer leur clientèle ! Alors quelles alternatives s’offrent à cette industrie pour « se réinventer » comme d’autres secteurs et survivre à la crise sanitaire ?

Dans le but ultime de protéger la santé et la sécurité des consommateurs et des employés, la solution serait selon Deloitte de remplacer les points de contacts humains par des outils numériques. Les entreprises se montrent très à l’écoute des besoins de consommateurs pour gagner leur confiance et les faire sentir en sécurité dans leur établissement. Selon une étude d’Open Table, 72 % des répondants américains ont exigé une mise en pratique des normes sanitaires assidue et pour 60 % d’entre eux, une visite au restaurant dépend du taux d’achalandage de l’adresse; lorsque bien évidemment les restaurants sont ouverts.

Par ailleurs, Deloitte affirme que «…l’adoption du numérique par les consommateurs s’accélère. »; un signe encourageant  qui démontre que les clients seraient prêts à adopter les nouveaux fonctionnalités technologiques pour encourager le tourisme. Certains pays ont fait preuve d’invention et ont utilisé de nouveaux moyens technologiques pour encourager l’économie du tourisme tout en favorisant la sécurité des ces acteurs. C’est le cas, par exemple, à Singapour où l’on a découvert l’application « SafeEntry ». Cette dernière permet de retracer les déplacements des clients dans les restaurants, hôtels et autres établissements grâce au Scan d’un code QR afin de réduire la propagation du virus dans la cité-Etat.

Au Québec, la plateforme CHK PLZ a mis au point différents outils technologiques pour offrir à la fois aux clients et aux employés, des alternatives sécuritaires et faciles à utiliser. On citera par exemple le paiement sans contact qui permet de payer sa facture directement à partir de son téléphone ou bien encore la fonction « menu en ligne » à  travers laquelle les restaurateurs peuvent télécharger leur menu respectif pour remplacer le menu-papier ou bien encore.

Dans un secteur basé sur l’expérience client, les différentes organisations devront gagner la confiance de leur clientèle grâce aux nouveaux outils numériques intégrés pour leur offrir une expérience différente, mais tout aussi divertissante. Un défi de taille à relever, mais loin d’être impossible !

Source : Deloitte

© Photo Alison Slattery — Instagram

Le contenu de cette page doit être mis à jour