• 7 j’aime

Papito: nouveau restaurant de la gang du Furco

Le tant attendu Papito ouvre enfin ses portes dans le quartier des spectacles avec une formule conviviale et accessible. Fruit de la collaboration de la belle gang des institutions Café Parvis et Furco (Eric Bélanger, Jean-François Gladu, Joëlle Trottier, Alejandra Ponce Pacheco & Zébulon Perron), ce nouveau venu de la scène gastronomique de Montréal est déjà un grand coup de cœur! 

Le restaurant nommé Papito est un hommage touchant à la mémoire du père d’Alejandra Ponce Pacheco. Surnommé affectueusement “Papito” par sa fille, il était un fidèle admirateur des établissements existants de l’équipe. Suite à son décès soudain en août 2023, les propriétaires ont décidé de rendre hommage à la mémoire de “Papito” en baptisant le nouveau projet du nom affectueux qu’il portait. Ce nom incarne ainsi un témoignage vibrant à la joie de partager des moments précieux en famille et entre amis autour d’un bon repas et dans une bonne ambiance.

La gestion du restaurant est entre de bonnes mains car l’on retrouve Laurence Vigneault-Bérubé et Jimmy Duval, que l’on connaît très bien pour leur travail au Café Parvis et au Furco depuis le tout début. 

Des plats axés sur la convivialité

D’emblée, le menu de Papito — qui est appelé à évoluer au fil des saisons — attire l’attention. Vous y trouverez des “snacks”, viandes et poissons, légumes, accompagnements, sauces et desserts; vous pouvez ainsi vous monter votre festin personnalisé! Les plats à partager proposent de bonnes pièces de viande cuites au charbon ou au four à bois incluant de la volaille au canard, en passant par le steak de veau. En entrée, les rondelles d’oignons morilles et sauce ranch charment les tablées. Pour accompagner ces protéines, la cuisine concocte de savoureuses sauces très gourmandes qui risquent d’aller et venir sur la carte. En plus de tout ça, la cheffe Joëlle Trottier et son équipe (Iannick Lessard et Adrien Renaud), travaillent de très beaux plats de légumes et divers accompagnements estivaux. Le menu met l’accent sur les produits locaux et saisonniers, notamment grâce à sa collaboration avec la Ferme Duncan. Cette démarche s’inscrit dans une volonté profonde d’offrir une qualité de bons produits, de manière éthique tout en respectant l’environnement et en soutenant les producteurs locaux. Et cette philosophie se reflète dans l’assiette.

La générosité des portions et la qualité des produits rendent les prix justes. Papito mise sur le partage, invitant les convives à composer leur repas avec une variété de plats à partager entre amis. Et pour accompagner ces mets exquis, une carte des vins a été montée par le sommelier Philippe-Auguste Rodier (Café Parvis, Furco), offrant une belle sélection de classiques en importation privée et à des prix assez abordables.

« Il y en a pour tous les goûts et budgets, que ce soit pour les plats ou le vin. Notre objectif est de rendre l’expérience accessible et qu’elle soit centrée sur le partage», souligne Laurence. 

Un décor signé Zébulon Perron

Le décor de Papito, conçu par Zébulon Perron et Andréanne Guillemette, reflète l’image du restaurant : urbain, industriel, mais chaleureux. Avec ses vastes espaces, ses grandes tables de bois clair et son bar magnifique, l’endroit invite à s’attarder, à savourer et à refaire le monde entre amis. Et pour prolonger les festivités, une terrasse urbaine promet des moments agréables à l’extérieur. «Rester fidèles à qui nous sommes se reflète aussi dans notre engagement à réutiliser des objets singuliers et d’éviter le gaspillage», souligne l’équipe. 

Au-delà de l’offre culinaire, Papito incarne une vision commune de ses propriétaires: celle de créer un lieu festif et accueillant, où chacun se sent chez soi. Le centre-ville offre le cadre idéal pour cette ambiance conviviale et décontractée, où l’on ne vient pas que pour le 5@7, mais aussi pour souper et prolonger la soirée jusqu’à tard. D’ailleurs, du jeudi au samedi, la cuisine ferme à minuit !

Papito, on vous souhaite tout le succès que tu mérites !


Photographié par Alison Slattery





Du magazine