Chargement

Manifestations violentes dans le Vieux-Montréal : un coup dur de plus pour des restaurateurs – témoignages

Mis à jour le 14 avril 2021
manifestations vieux-montréal

Manifestations violentes dans le Vieux-Montréal : un coup dur de plus pour des restaurateurs
Témoignages

Le dimanche 11 avril marquait le retour du couvre-feu à 20 h à Montréal. Si personne ne s’est réjoui de cette nouvelle, certains ont fait connaître leur mécontentement dans le Vieux-Montréal hier soir.
La manifestation, initiée par les opposants au couvre-feu, a très rapidement tourné au vinaigre. Plusieurs arrestations ont été faites et plus de 100 constats d’infractions ont été dénombrés en ce dimanche soir.
Tel que souligné par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, la lassitude du confinement et la fatigue liée à la pandémie ne justifient en rien ces agissements violents qui ont porté atteinte à des commerces, présentement, dans le besoin.

De nombreuses vitrines de magasins et restaurants ont été fracassées, laissant les propriétaires de ces établissements, abasourdis et en colère contre les manifestants et leurs agissements délinquants.

Voici quelques témoignages de restaurateurs, victimes de ces émeutes.

Dyan Solomon, copropriétaire des établissements Foxy, Olive et Gourmando et Un Po Di Piu s’est réveillée avec une vision d’horreur et un goût très amer en découvrant les vitrines du Caffe Un Po Di Piu, saccagées par les manifestants. Elle témoigne de sa consternation et de son exaspération sur son compte Instagram.

« Ce qui s’est passé la nuit dernière dans le Vieux-Montréal était une émeute insensée, complètement stupide et sans aucune valeur. Pas une protestation, ni une manifestation. UNE ÉMEUTE DESTRUCTRICE ET INUTILE. Il est si important de faire la distinction entre ces formes de rassemblements et la motivation qui les sous-tend. Je crois à 100 % aux protestations et aux manifestations pacifiques. Elles sont nécessaires. Et pour la plupart, ce sont des actions puissantes qui peuvent déclencher la croissance et le changement. »

Elle s’adresse, par la suite, directement aux opposants au couvre-feu en disant :

« Chers émeutiers,
Merci de briser nos fenêtres, de brûler nos poubelles, de détruire nos bancs publics, de couvrir nos rues vides et abandonnées de crasse, de débris, d’ordures. Comme s’il n’y en avait pas déjà assez.
Le Vieux-Montréal était à terre, mais vous avez continué à nous donner des coups de pied dans la tête. Et pourquoi ? « Fuck Legault ! » C’est ce que vous scandiez hier soir, alors que vous ravagiez notre quartier. Mais vous ne l’avez pas baisé, vous nous avez baisés. Alors merci. Bon boulot. Point fort. Belle discussion ».
Elle ajoute dans un deuxième post : « Juste une autre dépense, un autre mal de tête, plus d’angoisse. Comme si les restaurants et les petites entreprises avaient quelque chose à voir avec votre colère ?!?! ».

Helena Loureiro, propriétaire des restaurants Portus 360 et Helena, a repartagé le témoignage de son fils, très affecté par la situation du restaurant Helena.

« Depuis le 1er octobre que nous sommes complètement fermés. Depuis le 1er octobre que nous faisons des plats pour emporter et de la livraison tout simplement pour survivre, rester là dans le quartier, rendre un peu de soleil dans le cœur des gens. Depuis le 1er octobre qu’on a juste hâte de voir nos clients assis à nos tables. Depuis le 1er octobre que l’on se comporte en excellent citoyen corporatif et on respecte toutes les règles sanitaires. Ce soir, des petits voyous ont joué aux petits comiques. Une manifestation qui bien sûr n’en n’était pas une, mais un simple prétexte pour faire de la casse. Pourquoi ? Pour rien. On le sait tous, rien ne justifie la casse, JAMAIS ! Ce soir, avec les larmes aux yeux, je publie cette photo envoyée par des amis et clients. Ce soir, je pleure le désespoir d’être écoeuré ! Ce soir, sera de nouveau un autre soir d’angoisse à savoir si un jour on va s’en sortir, si un jour on va ravoir des clients, si un jour on va sourire en ouvrant une bouteille de vin portugais avec des clients que l’on pas vu depuis le 30 septembre. Ce soir, vous aurez gâché ma nuit, mais demain, mon soleil brillera plus fort que le vôtre, car vous êtes si petits. Vous serez toujours petits ».

De nombreux propriétaires de restaurants et petits commerçants des quatre coins de la ville ont repartagé ces témoignages par soutien et encouragements à leurs consœurs et confrères.

Au nom de Tastet, on vous donne également tout notre soutien et on vous transmet toute notre compassion.

Le monde de la restauration fait, une fois encore, preuve de cette grande résilience que l’on admire grandement.

© Photo Radio Canada

J’aimerais proposer une amélioration à cet article