Chargement

Têtes de violon : quelques informations sur ce bel aliment de saison

Mis à jour le 2 mai 2021
Têtes de violon

Les crosses de fougère, plus connues sous le nom têtes de violon, poussent à profusion au printemps. Leur goût délicat et unique fait de ces plantes un aliment saisonnier très apprécié. Elles font de bons accompagnements et de bonnes salades. Pour faire changement des traditionnels légumes verts, se tourner vers les têtes de violon permet d’élargir ses horizons culinaires et d’apprendre à connaître un produit emblématique du terroir québécois. Bien qu’elles soient délicieuses et simples à cuisiner, elles ont souvent mauvaise presse dans la culture populaire. Bien des gens pensent à tort qu’elles sont synonymes d’empoisonnement alimentaire. Il suffit pourtant de bien les apprêter et d’être bien renseigné pour pleinement profiter de ces savoureuses plantes.

Les têtes de violon sont des feuilles de fougères qui ne sont pas encore ouvertes. Elles se déroulent pour former la tige de la feuille et les petites feuilles à l’intérieur de la tête deviennent ces longues feuilles effilées caractéristiques de la fougère. Les têtes de violon poussent dans des endroits humides et le long des cours d’eau. La première chose à savoir est qu’il ne faut pas consommer cet aliment s’il est « ouvert », ou « déroulé ». Il est préférable de s’approvisionner dans un endroit fiable et éviter de les cueillir soi-même si l’on ne s’y connaît pas.

Avant de les assaisonner et de les consommer, il faut bien les nettoyer et les blanchir. Comme elles poussent près des cours d’eau et en raison de leur forme, les têtes de violon ont tendance à emmagasiner la saleté qui s’y colle. De plus, de petites écailles brunâtres doivent être retirées avant la consommation. C’est uniquement lorsque ces détails ne sont pas observés que cet aliment peut causer des indigestions. Si les précautions nécessaires sont prises, il n’y a aucun danger ! Il est donc conseillé de les rincer à grande eau et de les frotter entre ses doigts pour en retirer les « écailles » ainsi qu’un maximum de saletés avant de les blanchir à l’eau salée, puis de les plonger dans l’eau glacée pour en arrêter la cuisson. Ce processus peut être répété deux fois au besoin. Il suffit ensuite d’un peu d’imagination et l’on peut créer de bons petits plats à la maison.

C’est le moment d’apprivoiser un aliment saisonnier bien-aimé du Québec. Osez essayer les têtes de violon et l’arrivée du printemps vous réjouira encore plus dès cette année.

© Photo Noé LainesseO’Thym

J’aimerais proposer une amélioration à cet article