Nouveau chapitre pour le chef Simon Mathys : son propre restaurant « Mastard » !

Publié le 10 novembre 2020   |   318 partages
Simon Mathys

L’annonce du départ du chef Simon Mathys du restaurant Manitoba est venue s’ajouter à la longue liste des nouvelles, pas toujours réjouissantes, qui fleurissent en ces temps de pandémie. Le chef Mathys proposait une cuisine délicieuse au Manitoba ; on est sûrs que cette belle maison continuera à briller avec les successeurs de Simon en cuisine. L’autre bonne nouvelle, c’est que Simon ne prend pas sa retraite mais travaille déjà sur son prochain resto, Mastard.

Partout où il est passé au cours des dernières années, Simon Mathys a brillé avec des plats extrêmement soignés. Du restaurant Le Saint-Christophe de Laval aux deux adresses montréalaises de Accords, rue Sainte-Catherine et rue Notre-Dame dans le Vieux-Montréal, en passant chez Daniel Vézina à Québec ou chez Gilles Herzog à la belle époque du Restaurant Derrière les fagots, Simon a eu le temps, l’occasion et l’intelligence d’apprendre, de peaufiner et de définir son style de cuisine.

À sa prochaine adresse, 1879, rue Bélanger, autrefois occupée par la cheffe Marie-France Desrosiers et son délicieux bistro Chez Chose, le chef entend proposer le même style de cuisine qui a fait son succès jusqu’ici, mais cette fois-ci chez lui ; plus précisément chez eux puisque sa conjointe, Viki Brisson fera équipe avec lui au Mastard. Ouverture prévue à la mi-décembre. « Tu feras quoi si on est encore coincés avec cette plaie de COVID-19 » ? « Je ferai comme tout le monde, des plats à emporter, mais j’espère vraiment qu’il y aura réouverture d’ici là ». Quoi qu’il en soit, on se réjouit de cette perspective de pouvoir retrouver les plats élégants et très créatifs du chef qui mettent en valeur les produits d’ici, des produits connus ou très souvent à découvrir.

Le Petit Robert dit que Mastard en argot français ça veut dire : très gros, énorme. Le Petit Tastet, lui, dit que ça va être un très bon resto de quartier qui fera le bonheur de toutes les gourmandes et de tous les gourmands, du quartier et bien au-delà.

© Photo Quench

J’aimerais proposer une amélioration à cet article