Eska : préserver l’environnement une bouteille à la fois

Présenté par

Eska, c’est avant tout une histoire québécoise, une aventure qui a débuté en Abitibi il y a plus de 9000 ans lorsque la fonte d’un glacier a donné naissance à l’Esker de Saint-Mathieu-Lac-Berry. C’est à même la rivière souterraine de l’Esker qu’est aujourd’hui puisée l’eau que l’on boit. À ce jour, la source continue d’être alimentée par l’eau de pluie qui est filtrée naturellement par le sol. Si l’on peut bénéficier de cette magnifique ressource naturelle, c’est notamment grâce aux efforts que déploie Eska pour assurer sa préservation. 

Un cycle de vie renouvelable à l’infini

Eau embouteillée et conscience écologique ne sont généralement pas des termes qui s’accordent bien. Or Eska tenait fermement à réconcilier ces deux concepts. Oui, les bouteilles de plastique qui se recyclent sont monnaie courante, mais ça ne veut pas dire qu’elles sont écologiques pour autant. Eska a décidé de faire partie de la solution en devenant le premier grand embouteilleur au pays à utiliser des bouteilles faites de plastique entièrement recyclé. Concrètement, qu’est-ce que que ça signifie? Que lorsqu’on achète une bouteille d’eau Eska, on sait qu’aucun nouveau plastique n’a été fabriqué dans le processus. Si tout le monde emboitait le pas, à terme, la production de plastique destiné à la fabrication de bouteilles pourrait être complètement stoppée. On aimerait voir toutes les compagnies d’embouteillage déployer les mêmes efforts, et c’est un pas dans la bonne direction.

La protection de l’esker, la priorité numéro un d’Eska

Eska s’est donnée la mission de réduire son empreinte écologique. Le but est de redistribuer aux Québécoises et aux Québécois une ressource de chez eux tout en évitant de perturber la nature. En d’autres mots, ne pas mordre la main qui nous nourrit. On ne peut plus se permettre de laisser nos activités dégrader la nature et Eska l’a bien compris. Outre l’usage de plastique 100 % recyclé, la compagnie fait sa part pour l’environnement en prenant des mesures concrètes pour protéger l’Esker Saint-Mathieu-Lac-Berry et les forêts avoisinantes. Bien qu’il s’agisse d’une zone protégée, Eska prêche là aussi par l’exemple en observant des normes de conservation de la nature plus élevées que la loi ne l’exige. Une manière de rendre à la nature ce qu’elle nous a donné.

Un geste pour l’avenir : contribuer à diminuer la production de nouveau plastique

Bien entendu, on préfère toujours éviter l’usage des bouteilles de plastique. Toutefois, elles dépannent bien dans certaines situations. Si vous oubliez votre gourde à la maison, on vous conseille de vérifier si la bouteille que vous achetez est faite de plastique recyclé et que l’eau qu’elle contient provient d’une source naturelle. Consommer une eau qui vient d’ici dans une bouteille recyclée, c’est assurer le maintien du fragile équilibre qui nous permet de profiter des nos ressources de manière pérenne.


Incontournables

Restos pas chers

Cafeden

6576 Boulevard Saint-Laurent
Montréal

243 Avenue du Mont-Royal Ouest
Montréal

Souper

Foxy

1638 Rue Notre-Dame Ouest
Montréal

Gokudo

630 Rue Cathcart
Montréal

600 Rue William
Montréal

Barroco

312 Rue Saint-Paul Ouest
Montréal

LOV

464 Rue McGill
Montréal

Bottega

65 Rue Saint-Zotique Est
Montréal

Foiegwa

3001 Rue Notre-Dame Ouest
Montréal

Cafeden

6576 Boulevard Saint-Laurent
Montréal

Leméac

1045 Avenue Laurier Ouest
Montréal

243 Avenue du Mont-Royal Ouest
Montréal

Liste

L’art du « mixed takeout »

L'équipe de scientifiques a noté une corrélation directe entre les facultés cognitives d’un individu et sa familiarité avec le « mixed takeout ».

La symphonie de Jason DeJordy-Morris

Au restaurant Marcus, le chef exécutif Jason DeJordy-Morris dirige une brigade de 36 cuisiniers. Rencontre avec un chef d'orchestre qui n'a pas peur d'improviser.

Présenté par

Vanessa Pilon tombe sous le charme de la Capitale Nationale et de la Côte-Nord

Tout au long de la belle saison, nous sommes allés à la rencontre des producteurs du Bas-Saint-Laurent, de la Montérégie et de Lanaudière dans le cadre de la tournée Mangeons local de l’Union des producteurs agricoles (UPA). À temps pour les dernières récoltes, c’est maintenant au tour de la région de la Capitale-Nationale-Côte-Nord d’être à l’honneur

Présenté par