Ravi Anand : émissaire des traditions indiennes sur le Boulevard Saint-Laurent

Mis à jour le 9 mars 2020   |   Publié le 8 mars 2020   |   596 partages
_

Arrivé à Montréal à l’âge de sept ans, Ravi Anand est aujourd’hui fier propriétaire du restaurant Atma, un incontournable de la gastronomie indienne sur le boulevard Saint-Laurent. Rencontre avec un restaurateur fier de ses origines qui se donne pour mission de changer l’horizon des restaurants indiens à Montréal.

Ravi n’a jamais vécu en Inde mais reçoit son héritage culturel autant que gastronomique de ses parents dans la banlieue de Londres en Angleterre. « Il y avait tellement d’Indiens là où nous étions installés en Angleterre, on aurait dit un mini Mumbai. » (Rires.) Ainsi, nul besoin pour lui de se rendre en Asie du Sud afin de s’imprégner de l’éducation indienne ; il sera baigné, dès le berceau, dans les traditions hindoues. La grande communauté indienne dans laquelle il a vécu toute son enfance le suivra jusqu’à aujourd’hui dans sa propriété du boulevard Saint-Laurent.

Son avenir en Angleterre sera cependant écourté lorsque ses parents plient bagage et déménagent au Canada. « Mon père a eu à l’époque une opportunité de travail qu’il a aussitôt pris. » On pourrait supposer que son père est arrivé à Montréal il y a plus de 30 ans pour travailler en restauration mais Ravi Anand chasse très rapidement ces suppositions en expliquant que son paternel a été appelé pour travailler dans le domaine de l’électronique. Quand Ravi atteint l’âge de travailler, il prend la même voie que son père et, ensemble, ils ouvrent un magasin d’électronique plus bas sur le boulevard.

En 2004, alors que la boutique en électronique n’est plus une source de revenu suffisante, Ravi et sa famille décident d’ouvrir le restaurant Atma. Ravi et son père n’avaient d’expérience en restauration mais tous les membres de la famille ont regroupé leurs forces pour ouvrir le bel établissement sur le Plateau Mont-Royal. « Ma mère est une cuisinière extraordinaire, elle nous a transmis ses recettes familiales propres à la tradition hindoue et mon père savait comment gérer une boutique… Ils se sont dit que ça ne devait pas être si dur que ça de gérer un restaurant. »

Pourquoi s’installer sur le boulevard ? « Pour deux raisons, » nous explique-t-il. La première se trouve dans la volonté de s’éloigner de Parc-Extension, où presque tous les restaurants indiens de l’époque étaient regroupés : « Lorsque nous sommes arrivés à Montréal, mon père a fait un choix stratégique de poser bagage sur le plateau Mont-Royal. » La famille Anand souhaitait faire découvrir la gastronomie indienne aux Montréalais, mais en l’exportant hors du quartier saturé de Parc-Extension. La deuxième raison, tout le monde peut s’en douter : le boulevard Saint-Laurent est une voie très fréquentée par tous les Montréalais. Artère principale de la ville, l’emplacement du Atma leur offrait une visibilité unique auprès des bureaux du quartier, mais également auprès des passants défilant sur le boulevard de jour comme de nuit.

Tout, du design jusqu’au nom du restaurant, a été pensé pour défier l’idée préconçue que peuvent avoir certaines personnes lorsque l’on parle de cuisine indienne. « Le restaurant Atma offre une nouvelle version des classiques indiens que nous aimons tous. La cuisine indiennetoujours été l’une des préférées des Montréalais. Elle est toutefois rarement reconnue pour sa finesse, mais Atma s’oppose à cette idée en apportant un côté chic à l’expérience d’un repas indien traditionnel. » Certains pensent que la cuisine indienne se limite aux bouis-bouis qui servent une cuisine délicieuse et généreuse indienne, mais rares sont les gens qui accompagnent leur repas aux inspirations indiennes d’une véritable expérience gastronomique et chic. La mission première de Ravi et de sa famille fut alors de changer les mentalités et de redorer la réputation des restaurants indiens ici comme ailleurs. Le nom Atma veut dire « âme » en hindi, un clin d’œil au mandat des propriétaires. Partager leur culture, leurs traditions et leurs origines dans un superbe espace et un délicieux menu, voilà leur deuxième objectif.

Avec 20 ans d’expérience en cuisine, Darshan Sharma, chef cuisinier, dirige le navire de main de maître sous la supervision de Ravi. Ce dernier explique comment tout ce qui est servi chez Atma est préparé avec les meilleurs ingrédients frais qu’ils peuvent trouver. « Avec un menu aussi long, il est difficile de faire un choix, mais nous vous recommandons le curry Bhoona… ou poulet au beurre, » dit Ravi en esquissant un sourire. Il ajoute : « ce n’est pas vraiment un mets typiquement indien mais plutôt le préféré unanime en Amérique du Nord. En Inde, on le déguste bien plus épicé. » Pour s’adapter à sa clientèle d’habitués, Ravi n’a d’ailleurs pas d’autre choix que de le laisser au menu ! Atma est aussi un endroit idéal pour les groupes aux goûts culinaires variés car le menu offre de nombreuses options végétariennes et une gamme encore plus riche d’épices. « En toute honnêteté, je ne pourrais pas faire la moitié des plats proposés sur le menu, c’était ma mère qui cuisinait beaucoup à la maison, chacun apporte son savoir à l’établissement. On travaille tous main dans la main. »

La gastronomie indienne : une histoire de famille

« La cuisine a toujours été très importante dans notre foyer. Au-delà de se nourrir pour vivre, c’est un moment de partage, de rassemblement ou règnent la générosité et le bien vivre ensemble. » Il précise que, au fil du temps, ses employés et son personnel sont devenus ce qui ressemble de plus près à des membres de sa famille.

Atma est un espace de joie, de célébration et d’exploration interculturelle. Pour Ravi, une soirée réussie est lorsqu’il voit ses clients repartir du restaurant repus et avec le sourire. Ravi Anand se donne comme mission de changer la perception des Montréalais avec un restaurant chic, ancré dans les traditions hindoues et offrant une excellente cuisine raffinée d’Inde de Sud. Depuis maintenant 16 ans, Ravi Anand tient les rênes d’une belle entreprise familiale, émissaire de la culture indienne sur le boulevard Saint-Laurent.

© Photo Alison Slattery — Instagram

Suggérer une amélioration à cet article
Partagez

Et aussi…

Article suivant

Et aussi et vice-versa :