Chargement

L’avenir de la restauration : ça commence maintenant

Mis à jour le 17 février 2021   |   Publié le 16 février 2021
Avenir restauration

La crise sanitaire mondiale a chamboulé tous les secteurs économiques et le milieu de l’hospitalité a été particulièrement touché. Mais si l’avenir de la restauration semble incertain, cette industrie n’est pas appelée à disparaître. Certains ont annoncé son déclin au cours de la dernière année, mais les experts parlent plutôt d’une évolution des pratiques en place afin de s’adapter à une nouvelle réalité. La pandémie qui nous affecte redéfinit le rapport des gens à l’essentiel et la porte est grande ouverte pour une actualisation des services offerts dans le milieu de la restauration. Les besoins auxquels cette industrie répond seront toujours présents (manger, socialiser, obtenir du service). La restauration est appelée à innover et à s’adapter, puisqu’il y aura toujours une clientèle au rendez-vous. Et comme l’industrie tourne au ralenti, c’est le moment pour les acteurs du milieu d’imaginer l’avenir de la restauration en tenant compte des tendances à venir. 

Selon Isabelle Girard, directrice générale du Conseil québécois des ressources humaines en tourisme, le secteur de la restauration a déjà démontré qu’il était en mesure de rebondir rapidement. Elle estime que l’on peut prévoir un retour à la « normale », c’est-à-dire au plein emploi, d’ici deux à trois ans. De plus, une pénurie de main-d’œuvre affectait le secteur touristique avant même la crise. C’est pourquoi le moment est idéal pour former la relève ; explorer les nombreux programmes offerts par l’ITHQ permet de découvrir les avenues possibles pour la main-d’œuvre de demain. Lors de la relance du secteur, les perspectives d’emploi seront florissantes et les nouvelles tendances en service et restauration seront influencées par une nouvelle génération de gestionnaires et d’employés.

Voici quelques tendances que l’on devrait observer au cours des prochaines années dans l’industrie de la restauration.

  1. Gérer le changement
    Selon plusieurs experts, les gestionnaires devraient occuper une place grandissante dans les entreprises du secteur de la restauration. Il va sans dire que le développement des services à emporter et les moyens technologiques requis pour y arriver feront partie de l’avenir de la restauration. On peut aussi s’attendre à une numérisation des outils de gestion et à une multiplication d’applications web au sein des entreprises. Selon François Pageau, professeur à l’ITHQ, de telles évolutions permettront d’ouvrir bon nombre de postes de gestion au sein de l’industrie, notamment pour faciliter la transition vers ces nouveaux modes de fonctionnement. La formation de gestionnaires sera donc essentielle pour la relance du secteur.
  2. Personnaliser les services offerts
    Comme les gens sont de plus en plus sensibles à ce qu’ils consomment, il faudra trouver des moyens novateurs afin de personnaliser ce que l’on a à leur offrir. Les produits et les expériences proposés devront ainsi rejoindre le client en s’inscrivant dans son mode de vie, dans ses valeurs, dans son besoin d’échapper au stress quotidien, dans son désir de sécurité. Au niveau de la restauration, cela devrait se manifester par des offres plus ciblées et donc plus variées. Si cela demande davantage d’efforts aux restaurateurs, ils devraient en être récompensés par une fidélité et une confiance renouvelées de leur clientèle. En misant sur la qualité des services offerts et la satisfaction des clients, c’est tout un secteur qui aura l’occasion de se perfectionner.
  3. Offrir des produits haut de gamme
    Dans le même ordre d’idée, certains services de niche prendront plus de place sur le marché, notamment dans la sphère de l’hyperluxe et du haut de gamme. Dans le secteur de l’hébergement comme en restauration, les offres de services personnalisées s’adressant aux consommateurs nantis prendront une plus grande part du marché qu’auparavant. Les règles sanitaires et la distanciation sociale ne permettent pas les rassemblements, mais les gens qui en ont les moyens pourraient réserver des espaces pour profiter de services seuls ou en famille. François Pageau souligne que de telles expériences permettront aux clients de revivre  un « passé pas si lointain ».
  4. Miser sur l’esprit de communauté
    La pandémie a mis l’accent sur l’importance de l’entraide et de la solidarité entre humains et entre restaurateurs. Selon Emily Homsy, copropriétaire du Bar St-Denis et diplômée de l’ITHQ, « cette crise nous a appris que l’entraide entre restaurateurs est plus importante que jamais. On ne peut s’en sortir qu’ensemble ». On peut par exemple penser aux initiatives de Menu Extra qui a organisé plusieurs événements éphémères caritatifs ou de Pizza Collective qui a permis de remettre 50 000 $ au Fonds des travailleurs de la restauration (MTLWRF). Ce resserrement du tissu social vient modifier le fonctionnement habituel des entreprises, et on voit que l’offre en restauration s’adapte déjà à ces valeurs communautaires qui redéfinissent les habitudes des consommateurs. 

Si certains facteurs de succès en restauration ne changeront jamais, l’émergence de ces nouvelles tendances pose de beaux défis et offrent des opportunités intéressantes pour la prochaine génération de restaurateurs. On a hâte de voir comment la relève va redessiner l’industrie. Peut-être serez-vous de la partie ? Pour trouver sa place dans la restauration de demain, on recommande de consulter la liste de programmes d’études offerts à l’ITHQ. 

Sources

Étude Mintel : 2021, Global Food and Drink Trends.

Sur Food & Wine, These will be the 21 biggest food trends of 2021, according to chefs, par Regan Stephens.

J’aimerais proposer une amélioration à cet article