Plan d’action 30/30 : stratégie long terme nécéssaire pour les bars

Publié le 19 novembre 2020   |   92 partages
plan d'action 30/30

Plan d’action 30/30 : stratégie à long terme nécessaire pour les bars

La Nouvelle Association des Bars du Québec (NABQ) est une initiative de quelques entrepreneurs(es) œuvrant dans le secteur des bars, bistrots, clubs, pubs, tavernes et bars à vin (ci-après bars) réunis au sein du mouvement “Un bar c’est une PME”, crée en mars 2020 en réaction à la crise sanitaire du Covid-19.
La NABQ compte aujourd’hui plus de 250 membres et continuera à défendre les droits des bars une fois que la pandémie sera révolue.

Entretien avec Pierre Thibault, fondateur de la Nouvelle Association des Bars du Québec.

Le monde de la restauration est confiné pour un deuxième mois consécutif, sans espoir de rouvrir prochainement. Lorsque l’annonce est tombée début octobre, la date butoir annoncée était le 24 octobre… puis elle a été repoussée au 25 novembre. Inutile de se voiler la face, les restaurants et les bars ne sont pas prêts de rouvrir d’ici le temps des fêtes. Le gouvernement a beau être surchargé, les entreprises ne peuvent plus supporter l’interminable attente.

Véritable défenseuse des droits des bars depuis le début de la pandémie, la NABQ poursuit son combat et développe un plan d’action 30/30. Pour éviter de commettre les mêmes erreurs qu’au moment du premier déconfinement, l’association prend une longueur d’avance et proposera un plan d’action qui permettra aux tenanciers de bars d’établir une remise en marche bien préparée. « On est toujours dans l’improvisation. Devant l’impro… il y en a qui vont mal jouer leurs cartes. On demande au gouvernement d’arrêter de parler au segment de 14 jours. Il faut parler au mois pour que les restaurants puissent appréhender leur réouverture comme il se doit. »

Cette fois-ci donc, lorsque le gouvernement annoncera la réouverture des salles à manger, pour éviter de prendre les restaurateurs au dépourvu, l’association milite pour que le gouvernement leur laisse une période de grâce, soutenue par l’aide de l’état, pour préparer au mieux leur déconfinement.

Il y a en effet dans l’industrie beaucoup d’anxiété accumulée depuis le début de la pandémie. Quand pourront-ils rouvrir leur établissement ? Quand pourront-ils ré-embaucher leurs employé.e.s ? Comment peuvent-ils s’organiser auprès de leurs fournisseurs ? Toutes ces questions restent encore sans réponse à ce jour.

Plusieurs associations, dont la NABQ, demandent une réponse claire de la part du gouvernement. Rester fermer, oui… mais jusqu’à quand ?

Ce plan sera proposé le 25 novembre lorsque le gouvernement fera son annonce officielle concernant la réouverture des restaurants.

© Photo Alison Slattery — Instagram
J’aimerais proposer une amélioration à cet article