Chargement

Kim Thúy rend visite aux producteurs de la Montérégie

Mis à jour le 21 juin 2021
Kim thuy

Tastet s’est rendu en Montérégie dans le cadre du mouvement Mangeons local plus que jamais ! de l’Union des producteurs agricoles. Avec près de 6 800 fermes réparties sur son territoire, l’industrie agroalimentaire occupe une place très importante. Les céréales et oléagineux représentent le quart de la production de la région, les productions laitière et maraîchère ainsi que l’élevage de porcs et de volaille y sont aussi bien présents. Toutes ces activités génèrent plus de 150 000 emplois et font battre le cœur de la région. Il suffit de faire un petit tour sur le terrain pour s’en rend compte tout de suite !

La Fédération de l’UPA Montérégie, en collaboration avec le Garde-Manger du Québec, étaient très enthousiastes à l’idée d’accueillir Kim Thúy, ambassadrice de la région, afin de lui faire découvrir ses producteurs locaux. La journée fut haute en couleurs ! Kim connaît bien la région depuis que sa famille s’est installée à Granby en arrivant au Québec à l’âge de 10 ans. À ce jour, elle habite encore la région. Auteure prolifique, amatrice de gastronomie et curieuse de nature, c’est avec son habituel grand enthousiasme qu’elle a participé à la visite des producteurs et productrices du coin : « On n’a pas eu besoin de me convaincre ! Dès qu’on m’a parlé de nourriture, j’ai dit oui oui oui ! ». Kim s’est rendue au Verger Petit et Fils, à la Ferme Brovin, au Roi de la fraise et à la Ferme Bogemans pour en apprendre plus sur leur réalité.

Verger Petit et Fils – Mont-Saint-Hilaire

Les vergers sont légion en Montérégie et la cueillette des pommes est l’une des activités familiales les plus populaires lors de la belle saison. La famille Petit l’a bien compris et travaille depuis quatre générations à faire du Verger Petit et Fils un endroit qu’il fait bon visiter. Spécialisé dans la fabrication de cidre, Stéphane Petit est très actif dans la promotion de ces produits emblématiques de la Montérégie. Il a fait visiter ses installations à Kim Thúy, qui a été impressionnée de voir toute la machinerie nécessaire à la production. Une dégustation des cidres faits sur place a suivi la visite. Monsieur Petit et sa famille ont plus d’une trentaine de cidres sur le marché, dont plusieurs ayant remporté des prix. Ils viennent d’ailleurs tout juste de lancer leur cidre nature. Chaque produit Petit et Fils est à l’effigie d’un.e membre de la famille ayant contribué à faire fleurir le verger au fil du temps. Même si Kim ne boit pas d’alcool, elle a trouvé son compte auprès du moût de pommes : « Je suis une personne qui boit juste de l’eau, mais là vous venez de me convaincre ! ».

Ferme Brovin – Saint-Hyacinthe

La ferme Brovin est une ferme bovine qui élève des bœufs Galloway nourris à l’herbe. C’est l’endroit idéal pour se procurer de la viande dont on connaît la provenance ! De la volaille et du veau sont également disponibles sur place, ainsi que des œufs de poules élevées en liberté. Caroline Brodeur et Vincent Deslauriers sont les heureux propriétaires de la ferme Brovin. Ces jeunes parents consacrent leur vie à leur projet tout en élevant trois jeunes enfants. Kim Thúy a été très surprise d’apprendre qu’ils n’ont qu’un seul employé pour les assister dans leurs tâches quotidiennes. Avec une grande terre et peu de bras, ils réussissent tout de même à accomplir des miracles ! Le bien-être animal est au cœur de leurs préoccupations et on l’a vu tout de suite en rencontrant leur troupeau. Les vaches sont venues à notre rencontre en nous accueillant de meuglements bien sentis. Caroline et Vincent leur donnent des noms, on a même rencontré la doyenne, Moumou, âgée de 18 ans qui est à la retraite et qui finira ses jours à la ferme. Lorsque les vaches sont venues à sa rencontre, Kim, tout sourire, s’est tournée vers son agente en s’écriant : « On s’achète une ferme ! ». Ce fut le coup de foudre. Par la suite, les visiteurs ont eu droit à une dégustation de saucisse maison et de boeuf apprêtés et cuits sur le BBQ par Hamza Saddani, chef chez Calibré, un traiteur de la région. Kim Thúy s’est délectée : « Quand c’est bon comme ça, on n’a pas besoin de manger beaucoup. On se sent satisfait après quelques bouchées, on ressent le plaisir de manger ».

Le Roi de la Fraise – Saint-Paul-d’Abbotsford

Gino Maynard et sa femme Josée Larose ne cultivent pas seulement des fraises, mais une multitude de fruits et légumes tout au long de la belle saison. Ils aiment accueillir les gens sur leur ferme pour l’autocueillette. C’est l’occasion pour eux de leur montrer à quoi ressemble leur métier. C’est entourés de leur famille qu’ils ont accueilli Kim Thúy, à qui ils ont fait faire le tour de leur ferme en tracteur. Ça a été l’occasion de voir les nouveaux projets des producteurs, comme la culture des cerises de terre. Kim en a profité pour leur demander des conseils : « Ma mère essaie d’en faire pousser, mais elles tombent toujours du plant avant d’être mûres ! ». Gino lui a donné quelques conseils, en souhaitant la meilleure des chances à la mère de Kim pour ses récoltes.

Ferme Bogemans – Saint-Sébastien

La Ferme Bogemans est l’affaire d’Audrey Bogemans et de son mari, la troisième génération à s’occuper de l’entreprise qui existe depuis 1952. On voit tout de suite que c’est une affaire de famille puisque les parents d’Audrey sont présents et travaillent encore sur la ferme et les enfants se chargent d’accueillir Kim Thúy chaleureusement à son arrivée : « Ce qui m’a frappée, c’est que la famille est impliquée au complet, ce n’est pas juste une personne. C’est une communauté, tout le monde est impliqué à fond ». La famille Bogemans fait pousser des fruits et légumes ainsi que des fleurs de manière écoresponsable et durable. Audrey est une figure importante dans la région en tant qu’agricultrice. Son enthousiasme et son énergie sont contagieux. Sur place, Kim a pu rencontrer les travailleurs saisonniers qui viennent du Mexique chaque année pour aider la famille Bogemans. Ils ont fait des quesadillas pour tout le monde avec des légumes du champ. Kim Thúy a été très émue par cette rencontre et par les sacrifices que font ces gens pour venir travailler au Québec, loin de leur famille : « Les travailleurs agricoles ont cuisiné pour nous. Ils sont loin de leur famille pendant huit mois, ils travaillent fort. Ce sont des gens extraordinaires ». En constatant le travail que représente le métier d’agricultrice et d’agriculteur, Kim s’est exclamée : « Je me sens presque mal, parce que vous travaillez tellement fort et là je regarde ma vie et je me dis que je ne fais rien ! ». Pas besoin de dire qu’elle a été très impressionnée de voir les sacrifices consentis par la famille Bogemans et leurs employés pour mener à bien leur projet.

Une ouverture sur la réalité des producteurs

Après cette magnifique journée passée sur le terrain à rencontrer les producteurs et productrices de la Montérégie, Kim Thúy était débordante d’énergie : « Je n’ai pas vu les heures passer, j’étais vraiment en admiration. C’est le sentiment qui m’est revenu le plus souvent. Tous les gens étaient vraiment passionnés, tellement investis dans leur travail, fiers. J’étais dans le bonheur. C’est ce qu’il y a de plus beau des humains ». Kim avoue avoir changé la vision qu’elle avait de la vie sur une ferme : « L’image de la ferme est différente. J’ai vu que c’est jeune, vivant, dynamique, innovateur. C’est tellement beau ! J’étais emballée, ravie de voir toute cette énergie ».

Kim Thúy invite tout le monde à aller à la rencontre des producteurs du Québec. Elle souligne l’importance de manger local, pas seulement pour encourager ces gens qui nous nourrissent, mais aussi pour notre propre bien-être : « Si on portait attention à notre santé, on mangerait local. Rien n’est plus frais et santé qu’un produit qui vient de la ferme locale. » L’invitation est donc lancée ! L’application Mangeons local plus que jamais ! vous aidera à trouver des producteurs à visiter près de chez vous.

Ce fut un réel plaisir de participer à la tournée de la Montérégie organisée par l’Union des producteurs agricoles en compagnie de Kim Thúy ! On aurait bien aimé que la journée continue pour avoir la chance de faire d’autres belles rencontres. Ce n’est que partie remise. En attendant, on se donne rendez-vous la semaine prochaine pour une autre virée gourmande !

Photos de couverture UPA

J’aimerais proposer une amélioration à cet article