• 17 j’aime

Miracolo : un Majestique à l’italienne

Miracolo Miracolo Miracolo Miracolo Miracolo Miracolo Miracolo Miracolo

«J’ai toujours voulu faire un Majestique à l’italienne! Et c’est pourquoi j’ai ouvert le Miracolo,» raconte Richard Holder, copropriétaire de l’établissement.

Pourquoi Miracolo ? «On cherchait un nom un peu rigolo, un peu italien, avec un penchant un peu catho et beaucoup d’autodérision. Miracolo nous a tout de suite beaucoup plu!», confie-t-il. Miracolo, qui veut dire miracle en italien, est le troisième établissement de l’homme d’affaires de renom sur le Boulevard Saint-Laurent.

Une équipe aguerrie

Partenaire dans le Holder, la Brasserie Bernard, le Galaxie, le Majestique, le Darling et maintenant Miracolo, Richard est connu de tous dans le milieu de la restauration. Le designer Thomas Csano, qui signe le décor, Alejandro Vega, chef exécutif du Darling, Majestique et Miracolo, et le chef de cuisine Pierre Morneau (ex-JJacques) complètent l’équipe de partenaires.

Miracolo s’est installé dans l’ancien local de la pizzeria Prato, sur le boulevard Saint-Laurent, à côté de la célèbre charcuterie hébraïque Schwartz’s Deli et à quelques pas du Majestique et du Darling.

Décor unique du Miracolo

Miracolo a certainement un petit air de famille avec ses deux grands frères, mais avec un caractère distinct. On sent bien la touche de Richard et Thomas, qui ont collaboré étroitement pour réaliser le décor. On remarque l’influence du réalisateur Wes Anderson (particulièrement du film French Dispatch) et de films italiens des années 1950, notamment. Les tons chauds prédominent dans le décor hétéroclite, éclairé de grands lustres dorés, de lampes schoolhouse et de suspensions industrielles. «J’aime les palettes de couleurs. Quand on regarde nos restaurants, je veux la palette de couleur d’un feu de foyer; une tonalité de chaleur», explique Richard Holder. On retrouve un peu partout des symboles catholiques: une impressionnante collection de statuettes de la madone, des grands cierges et, pièce maîtresse du décor, l’imposante armoire derrière le bar qui rappelle une sacristie d’église. Tous les objets et le mobilier, des bibelots à la céramique décolorée des murs et des colonnes, semblent avoir un vécu, une histoire à nous raconter.

L’ensemble est éclectique, mais invitant et chaleureux: le grand comptoir-bar et la longue banquette de la salle à manger de quelque 110 places invitent à la communion. La cuisine ouverte permet aussi aux cuisiniers de faire partie de la grand-messe.

Notez que contrairement au Majestique et au Darling, qui ont un permis de bar, Miracolo dispose d’un permis de restaurant. On peut donc y venir en famille avec les enfants! Pour le moment, le restaurant est ouvert cinq soirs par semaine à compter de 16h. On compte ajouter les deux autres soirs en plus des lunchs et des brunchs dans un avenir rapproché.

«J’aime l’ambiguïté dans l’utilisation d’un lieu, j’aime que plusieurs personnes voient un lieu pour différentes raisons – café, resto ou bar. J’aime faire partie du quartier; que les gens sachent qu’ils peuvent passer quand ils veulent», muse le copropriétaire.

Un menu à l’italienne

Après sa formation à l’ITHQ, Alejandro Vega a fait quelques stages en Italie et en France, puis a travaillé au Jun I, au Bouillon Bilk, au Cadet et comme chef privé. Plus récemment, il a repris les cuisines du Darling et du Majestique, dont il est maintenant le chef exécutif. C’est chez Cadet qu’il a rencontré son chef de cuisine Pierre Morneau, qui était jusqu’à tout récemment chef exécutif de Jjacques, une de nos adresses préférées à Québec.

Les bons restos italiens manquaient dans le quartier, selon Richard Holder. «On n’est pas italien, personne, mais Alejandro a une formation en cuisine. Moi, j’aime dans la cuisine italienne, leur façon de voir les choses, les ingrédients de qualité, une cuisine plutôt moins transformée et basée sur le côté savoureux des aliments», explique-t-il.

Le menu est divisé en sept sections: bar à huîtres, amuse-gueule, légumes, de la mer, pâtes, viandes et desserts. La moitié du menu restera probablement fixe: «On va trouver des hits qu’on va garder sur le menu pour toujours», précise le copropriétaire. L’autre moitié évoluera au fil des saisons. La ligne directrice est italienne avec une touche nord-américaine. Les chefs s’inspirent de recettes traditionnelles, mais avec des produits québécois, comme le fromage le Clos-des-Roches au lieu du Parmigianno Regianno. Coup de cœur pour les pâtes et les desserts, qui seront sûrement parmi les chouchous du menu. Du vendredi au dimanche, le restaurant propose également un brunch.

Les plats sont offerts à prix justes et conçus pour le partage. On sent un réel désir de faire une cuisine à la fois savoureuse et accessible. «Je voulais un menu qui fait plaisir, qui est accessible, qui donne le goût d’y revenir», résume Alejandro Vega.

Piloté par une équipe chevronnée, Miracolo apporte une nouvelle option qui manquait au quartier. On n’a aucun doute quand au succès de cette nouvelle adresse!

Bonne découverte!


Photographié par Alison Slattery





On en parle dans

Du magazine

Découvrez les vins de Bolla

La Maison Bolla incarne la passion de la viticulture et propose des vins authentiques qui reflètent un lien profond avec le terroir.

Présenté par