• 35 j’aime

Bar Mamie : à la bonne franquette

Le Bar Mamie propose une expérience centrée sur la convivialité, l’amour des bonnes choses et les traditions culinaires qui ont bercé l’enfance de son propriétaire.

Nostalgie

Originaire d’un petit village français, Max Rosselin a été élevé au fromage et à la charcuterie. «Ma grand-mère était cantinière. Habile derrière les fourneaux, elle préparait des repas pour tous les enfants du village. Le Bar Mamie est un hommage à mes grands-parents qui ont joué un rôle primordial dans mon éducation», confie le sympathique propriétaire de l’établissement.

Charcuteries, fromages et petits plats

Contrairement à ce que suggère son nom, le Bar Mamie est en réalité un restaurant. On s’y rend pour déguster ses généreuses planches de charcuteries ainsi que de délicieux petits plats, préparés avec soin.

«Nous ne visons pas la gastronomie. Nous prônons une approche simple et sans prétention, mettant en avant des produits frais et faciles à apprécier», explique Max.

Boire sans se prendre la tête

La formule du Bar Mamie est assez unique en son genre. Le concept est simple : plus vous buvez, moins vous payez ! Ainsi, quatre vins sont proposés «À la verse» (un rouge, un blanc, un rosé et un orange) et peuvent être commandés au verre, à la demi-bouteille, au litre, et plus encore, avec des prix qui diminuent en fonction de votre soif.

L’établissement propose également une petite carte des vins qui change quotidiennement. «Nous en avions assez de l’image guindée associée au monde du vin. Nos serveurs sont formés pour présenter nos produits sans recourir à des termes techniques et alambiqués. Il n’y a rien de snob au Bar Mamie ; nous discutons avec le client afin de comprendre ses préférences et nous le servons en conséquence», ajoute l’attachant propriétaire.

On se sent bien au Bar Mamie. L’équipe traite chaque client sans artifice, comme un ami ou un membre de sa famille. Ce n’est certainement pas un hasard si l’établissement est rapidement devenu un refuge pour de nombreux hédonistes de la métropole.

Veuillez noter que la cuisine de l’établissement ferme à minuit.

Une expérience authentique en toute simplicité.
À la bonne franquette!


Photographié par Alison Slattery





On en parle dans

Du magazine