• 11 j’aime

Bonheur d’Occasion, déjà un favori dans Saint-Henri

Bonheur d'occasion tablée Bonheur d'occasion pétoncle Bonheur d'occasion menu Bonheur d'occasion betteraves Bonheur d'occasion omble Bonheur d'occasion omble Bonheur d'occasion porc Bonheur d'occasion topinambours Bonheur d'occasion culotte de boeuf Bonheur d'occasion cuisine Bonheur d'occasion menu Bonheur d'occasion mignardises Bonheur d'occasion matcha Bonheur d'occasion pain Bonheur d'occasion sweets Bonheur d'occasion sweets Bonheur d'occasion sweets Bonheur d'occasion équipe
  • Bonheur d'occasion

  • 4001 Rue Notre-Dame Ouest Montréal H4C 1R3
  • Lundi: Fermé
    Mardi: Fermé
    Mercredi: 9:00 AM – 3:30 PM, 5:00 – 11:00 PM
    Jeudi: 9:00 AM – 3:30 PM, 5:00 – 11:00 PM
    Vendredi: 9:00 AM – 11:00 PM
    Samedi: 9:00 AM – 11:00 PM
    Dimanche: 9:00 AM – 10:00 PM
  • Restaurant Café Comptoir

Bonheur d’Occasion, c’est évidemment un classique de la littérature québécoise, mais aujourd’hui, c’est aussi un excellent restaurant de 45 places au coin des rues Notre-Dame Ouest et du Couvent à Saint-Henri. Le projet, reposant sur les épaules d’une équipe plus que prometteuse, nous a charmés dès notre première visite. Un accueil chaleureux, un service attentif et des plats concoctés avec attention vous y attendent. À essayer sans faute, matin, midi et soir!

Entre leurs mains, on se sent bien!

Avez-vous encore des amis du primaire? Evelyne et Philippe eux, n’ont jamais perdu contact. Amis depuis plus de vingt ans, ce duo forme une équipe impressionnante. On peut dire que Philippe, chef propriétaire du Bonheur d’Occasion, est allé au «collège privé» de la restauration. Il a eu droit à un enseignement digne des grands! Frédéric St-Aubin fut son premier mentor et lui a appris toutes les bases de la cuisine au Moleskine. Il continue son chemin aux côtés des impressionnantes équipes du Bouillon Bilk et du Butterblume. Sa dernière expérience fut en tant que Chef au Tiers Paysage, aujourd’hui devenu le Bon service. Sa camarade Evelyne décide de se joindre au projet pour s’occuper de la salle à manger. Nous la connaissons grâce à ses récentes expériences au Nolan et au Fleurs & Cadeaux, deux de nos établissements favoris en ville.

Un menu honnête

Le style de Philippe est franc. Les plats qu’il propose au Bonheur d’Occasion sont frais, recherchés, gourmands, et les prix sont très honnêtes. D’ailleurs, lors de notre entretien avec Phil (on est à l’aise, on vous dit!), il nous parle beaucoup de la recherche et de la provenance derrières les aliments qu’il cuisine. Il n’a pas choisi la voie de la simplicité; il compte plus de quinze fournisseurs! Il cherche des produits locaux, ne néglige jamais la qualité et surtout se lance le défi de trouver des prix abordables. À notre plus grand bonheur, nous avons mangé des plats nourrissants et généreux pour des prix raisonnables pour ce type de cuisine raffinée.

Tout le monde parle de l’inflation, elle est là et elle se fait bien sentir sur les chaînes d’approvisionnement. On a trouvé l’attitude de Phil rafraîchissante à ce sujet. «Il faut trouver des produits abordables et il faut balancer les coûts par la composition des plats. Il faut travailler des grains, des riz sauvages et des pièces de viandes moins prisées», explique-t-il. Un bel exemple est l’assiette de maitake, champignon plutôt dispendieux, combiné avec des haricots blancs et du chou de Savoie.

Le coup de cœur de Phil sur son premier menu au Bonheur d’Occasion est une assiette végétarienne aux topinambours, choux de bruxelles, amandes fumées et carminé de pommes. C’est un plat d’hiver parfait!

Le bonheur se trouve aussi au fond d’une tasse de café

De jour, le Bonheur d’Occasion se transforme en café. C’est Victor Adnet, le Chef pâtissier, qui s’occupe du comptoir de pâtisseries. Vous y retrouverez des options sucrées comme salées, et même sans gluten. Vous pouvez vous attendre à une offre changeante regroupant mignardises, gâteaux, sablés, chaussons feuilletés salés et plus encore. Phil s’occupe de proposer une belle salade composée et une soupe. Disponible pour emporter et pour consommation sur place. Le local est lumineux et vous pouvez vous y installer pour travailler ou étudier.

Bonheur d’Occasion et le quartier Saint-Henri

Pourquoi choisir le titre d’un roman écrit en 1945, décrivant la vie modeste des habitants d’un quartier pauvre et dressant le portrait d’un Québec souffrant encore de la Grande Dépression? C’est pour honorer l’histoire de la chose et faire partie de la continuité de cette histoire, nous dit Phil.

Son restaurant est une adresse rassembleuse de quartier et s’inscrit déjà parmi nos favorites de cet ancien quartier ouvrier de Montréal. Nous n’avons pas hésité une seconde à l’ajouter à notre liste des restaurants incontournables de la rue Notre-Dame ouest et vous retrouverez le Bonheur d’Occasion parmi le top 30 des meilleurs nouveaux restaurants d’Air Canada enRoute. Bonne découverte!


Photographié par Alison Slattery





On en parle dans

Du magazine