Ôkini : comptoir, épicerie, poissonnerie et plein d’autres choses

Mis à jour le 30 janvier 2020   |   Publié le 20 janvier 2020   |   564 partages

Ôkini, nouveau projet de l’équipe du délicieux et réputé restaurant Jun I, ouvre ses portes aujourd’hui. Le petit local, adjacent au Jun I, abrite un concept aussi unique qu’hybride : un hommage aux traditions culinaires nippones.

Dans la région de Kansai d’où est originaire le chef Junichi Ikematsu, ôkini est un terme utilisé pour remercier. Quelque 15 ans après l’ouverture du Jun I, les proprios – Junichi, Ped Phimphrakeo et Jonathan Daunais – ont choisi d’ouvrir Ôkini pour exprimer leur reconnaissance envers leur fidèle clientèle, sans qui ce deuxième établissement n’aurait pu être possible.

Accompagnés par Samuel Mercure, ils ont donc imaginé un concept en trois temps.

Épicerie – À l’avant du petit local avenue Laurier Ouest, la maison offre tout ce qui est nécessaire pour réaliser des sushis à la maison : poissons (déjà coupés pour les nigiri [saku]), sauces, riz, etc. On y trouve les mêmes ingrédients exceptionnels utilisés dans les cuisines du restaurant Jun I. Pour le dessert, Ôkini propose des pâtisseries d’inspiration franco nippone, préparées sur place par Tomoko Watanabe.

Prêt-à-manger – La maison prépare aussi quelques plats à emporter, disponibles pendant la journée. Ici, les sushis laissent leur place à de petits mets simples et frais : chirashi, soba, katsu sando, onigiri. Plus abordables, ces assiettes sont idéales pour un lunch de qualité sur le pouce. Quelques places assises sont proposées pour les personnes désirant manger rapidement sur place. À boire, Ôkini propose des cafés pour over (café filtre nouveau genre), du thé genmaïcha et une limonade au yuzu. Notez, les jeudis et vendredis, Ôkini propose un 5 à 7 : légumes marinés, aubergines grillées, assiette de poisson cru, morue noire marinée, pieuvre grillée et autre (7 $ – 18$).

Omakase – Le soir, l’équipe du Ôkini vous invite dans ses quartiers pour un souper gastronomique et intime. En français, omakase signifie « je m’en remets à vous ». Or, lorsque l’on s’assoit au petit bar du Ôkini (huit personnes), on se laisse guider en toute confiance par le chef Junichi qui vous prépare de délicieux sushis servis à la pièce. Quelque peu dispendieux, l’omakase du Jun I offre une expérience unique. Réservation nécessaire.

Très enthousiastes face aux possibilités infinies du Ôkini, les propriétaires parlent d’organiser des 5 à 7 style apéros (du jeudi au samedi ou à la demande) où des sakés, sélectionnés par la sommelière Kuniko Fujita, s’accorderont à de petites bouchées.

Le décor joliment minimaliste du Ôkini est l’oeuvre de Mathieu Leclerc du Studio Knowhow. Inspiré par l’esthétique nippone, l’intérieur du local est sobre et clair. Construit avec de belles pierres rappelant les filaments des algues, le long comptoir abrite d’abord le coin pâtisserie et poissonnerie pour ensuite accueillir un bar où se déroulent les soirées omakase.

Le Ôkini est marque par une très belle simplicité. Aucun doute que l’adresse sera rapidement adoptées par les habitants du quartier.

J’aimerais proposer une amélioration à cet article