Pubjelly : le Jellyfish démocratisé

huitres-pubjelly-oysters

Pourquoi le Pubjelly ? « Je voulais reconnecter avec mon art. Rentrer au travail et m’épanouir, avoir du fun», raconte Mathieu Masson, chef copropriétaire.

À la porte voisine de son “grand frère” le Jellyfish, le Pubjelly vous propose une expérience totalement différente de ce que vous connaissez de l’équipe de Mathieu Masson. 

Le nom Pubjelly a d’ailleurs été choisi afin de se distinguer de ce que l’on connaît du restaurant haut de gamme, le tout en assurant la continuation du Jellyfish.  « On voulait attirer une nouvelle clientèle tout en restant fidèles à nos habitués. Tu peux venir en short manger un repas à 40 $ tout comme tu peux y célébrer ton anniversaire et dépenser 200 $ ».

La salle à manger donne envie de s’y attabler pour la nuit. On s’y sent immédiatement chez soi avec un beau jeu de lumières et des tables en bois créant une ambiance conviviale et chaleureuse.

Soyez toutefois averti.e.s, vous ne retrouverez pas de fish and chips ou de bâtonnets de mozzarella frit au menu de ce “pub”. Vous y dégusterez plutôt de délicats petits plats élaborés en fonction des arrivages de saison, une réconfortante pizza romaine et des huîtres, le tout accompagné d’un bon verre de vin ou d’un cocktail préparé par l’excellent mixologue Alexandre Kinx.  

Le Pubjelly, ce n’est pas un bar à vin, ni un bar à huître, ni un bar à cocktail ; c’est encore moins une pizzeria ou un restaurant de quartier ; c’est tout ça en même temps !

Aller au Pubjelly, c’est assister à un spectacle, on y vit des émotions. La cuisine ouverte offre une interaction constante entre la brigade et la clientèle. On en sort et on a l’impression d’avoir “fait partie” du repas ! 

Nous pouvons dire haut et fort, qu’en ouvrant le Pubjelly, l’équipe de restaurateurs composée de Francis Rodrigue, Roberto Pesut, Charles Mary et du chef Mathieu Masson a gagné son pari de proposer une alternative accessible au chic Jellyfish tout en restant fidèle à ce que l’on connaît et ce que l’on aime tant d’eux.


Photographié par Pubjelly



Du magazine