• 8 j’aime

Paloma : élégance et réconfort niçois dans Villeray

Paloma Paloma Paloma Paloma Paloma
  • Paloma

  • 8521 Boulevard Saint-Laurent Montréal H2P 2M9
    (514) 544-8521
  • Lundi: Fermé
    Mardi: 11:30 AM – 2:00 PM
    Mercredi: 11:30 AM – 2:00 PM, 6:00 – 11:00 PM
    Jeudi: 6:00 – 11:00 PM
    Vendredi: 6:00 – 11:00 PM
    Samedi: Fermé
    Dimanche: Fermé
    • Propriétaire(s) Armand Forcherio, Rosalie Forcherio
    • Chef(s) Armand Forcherio
    • Sommelier(s) Rosalie Forcherio
    • Date d’ouverture 2019-11-01
    • Accepte mastercard, visa, cash, debit
    • 30 Places assises
  • Restaurant

Le restaurant Paloma a ouvert ses portes en novembre 2019 sur le boulevard Saint-Laurent dans Villeray. À l’intérieur du petit local pouvant accueillir une trentaine de personnes, un père et sa fille proposent une cuisine niçoise raffinée.

Des chefs passionnés

Le chef Armand Forcherio, d’origine italienne et né à Nice, revient sur la scène gastronomique montréalaise qu’il a quittée en 2010. À l’époque, il était propriétaire du restaurant Nizza. Pour ce retour, il s’associe à sa fille, Rosalie, une sommelière qui a travaillé dans de nombreuses belles adresses de la métropole (dont le Montréal Plaza ) et d’ailleurs, comme Geranium à Copenhague. Ensemble, ils ouvrent donc le restaurant Paloma. Le nom du restaurant est un clin d’œil à une plage de Saint-Jean-Cap-Ferrat entre Nice et Monaco, un endroit « où l’eau est plus douce, où le rosé est plus frais et où tout goûte meilleur. » Paloma, c’est donc une balade gourmande dans les souvenirs des Forcherio ; dans les souvenirs d’étés heureux dans le Sud de la France.

Le talentueux cuisinier spécialisé en charcuterie, Isael Gadoua, s’est joint à titre de co-chef au restaurant en 2021. « Nous nous complétons à merveille. Isael apporte un aspect contemporain à la cuisine du Paloma tout en ayant un respect inouï pour la cuisine et les techniques classiques », confie Armand Forcherio.

Des classiques niçois et plus encore

Paloma propose une cuisine niçoise, où les saveurs provençales se mêlent à celles de l’Italie. Armand prépare une courte carte composée de petits plats où élégance rime avec simplicité. Avec sa fille, le chef voulait créer une expérience gastronomique réconfortante. Les Forcherio sont donc allés puiser dans les livres de recettes familiales pour offrir à leur clientèle des plats emblématiques de leur enfance, comme celui de tripes en entrée. Le menu adopte une formule classique – entrées, plats et desserts – où cohabitent légumes, poissons, fruits de mer, pâtes fraiches et viandes. Tous délicieux!

Pour compléter la carte, la maison offre quelques assiettes imaginées pour l’apéro (charcuteries) ou en à-côté (légumes travaillés).

À boire pour tous

Côté boissons, le Paloma a de quoi plaire à tous. En premier lieu, Rosalie monte une carte au goût du jour, composée de productions responsables, tout en fraîcheur, bulles et macérations incluses. Sur une autre carte intitulée Réserve familiale, on trouve quelques bouteilles plus traditionnelles qu’Armand a achetées – un peu en secret – au fil des ans. La combinaison des cartes permet à Rosalie de graviter entre les deux et de répondre aux envies de chacun: celles de ses amis et des amis de son père. Le tout est complété par quelques cocktails et deux bières.

Une salle à manger coquette et chaleureuse

Lorsque le duo familial a pris possession du petit local boulevard Saint-Laurent, ce dernier était à peine en état. Avec l’aide de plusieurs artisans, Rosalie a su profiter de la belle lumière naturelle pour créer un espace qui respire et qui apaise. Les meubles sont l’œuvre de la Fabrique Allwood et les luminaires de Jacques & Anna. Frôlant le minimalisme, le décor est simple et confortable. En bon restaurant de quartier, on s’y sent bien, à midi comme en soirée.

Nouveau restaurant dans Villeray, le Paloma se distingue sur plusieurs plans : niçois, multigénérationnel, réconfortant, simple et élégant. D’excellentes raisons de l’ajouter à votre liste de restaurants à essayer !


Photographié par Dominique Lafond





On en parle dans

Du magazine