Chargement

Okeya Kyujiro, magnifique cirque du soleil levant

Publié le 1 juillet 2021
© Photos © Photos Okeya Kyujiro

Au mois de janvier 2021, le restaurant Okeya Kyujiro ouvrait ses portes. Impressionnant courage nippon. Tastet vous en informait sur-le-champ en apportant une mise en garde puisqu’il ne s’agissait que de la formule “À emporter” permise à l’époque.

Aujourd’hui, les conditions sanitaires ayant évolué, la maison ouvre ses portes aux clients ; une dizaine de places, deux services, l’un à 18 h, le second à 20 h. Tous les amoureux de cuisine japonaise vont être comblés. Le chef propriétaire Takuya Matsuda propose en effet une cuisine tokyoïte époustouflante. 

En formule Omakase qui donne carte blanche au chef et à sa brigade, le repas ici se déroule en 20 services, 20 étapes délicieuses, intrigantes et d’une exquise délicatesse. Tout est méticuleusement sculpté par le chef et ses couteaux-rasoirs japonais. Derrière lui, sa brigade s’affaire, chacun sachant exactement ce qui doit être fait ; les flocons de bonite sont râpés par le sous-chef, les autres membres de l’équipe préparent les divers éléments de ce qui va être assemblé par le chef avant d’être déposé devant clientes et clients admiratifs.

La plupart des plats sont servis en portions d’une bouchée et d’une richesse gustative exceptionnelle ; beaucoup de poissons — thon, morue noire, cardeau et daurade ; quelques fruits de mer — homard et palourde ; une succulente bouchée grillée de bœuf wagyu et un morceau de délectable polypore ontarien (champignon que les Japonais appellent maitake) en tempura d’une légèreté presque irréelle.

Comme le veut la tradition, en pré-dessert, la maison sert une bolinette de ramen dans un subtil bouillon de maquereau, bonite et pétoncle. Le dessert, un gâteau au fromage au yuzu et matcha et melon miel du Japon, était aussi exquis que le reste du repas.

Avant même le début des festivités dans les assiettes, on est sous le charme du décor d’une élégance japonaise minimaliste, conçu par le chef lui-même. Les esthètes apprécieront également le raffinement de toutes les pièces de vaisselle et s’extasieront devant l’élégance des kimonos portés par le personnel autant en cuisine qu’en salle.

Si vous voulez profiter pleinement du spectacle, réservez une des six places au comptoir bordant la cuisine ; pour une soirée plus intime, deux tables pour deux personnes dans des alcôves sont à votre disposition. Le raffinement est le même où que vous vous trouviez.

Dès que la maison aura reçu son permis de vente d’alcool, cette belle qualité se trouvera certainement sur la carte des boissons et notamment des sakés de premier choix puisque cette carte est montée par Madame Kunico Fujita, éminente conférencière et maître sommelière internationale en saké. Kanpai !

J’aimerais proposer une amélioration à cet article