_

Après avoir maugréé les orteils dans les bancs de neige pendant des mois, dès le premier rayon de soleil, on saute à pieds joints dans glaces, sorbets et autres plaisanteries rafraîchissantes. Comme en restauration, Montréal affiche un intéressant dynamisme dans le domaine des glaciers. De petites boutiques ouvrent ici et là, créatives, originales, délicieuses. Le bel igloo des Givrés figure tout en haut de mon palmarès.

Deux givrés, Martin Maheu-Picard et Alexandre Deslauriers, tombés tout petits dans la « crème glacée » ont décidé d’ouvrir un « bar laitier artisanal » en 2010; c’est le « artisanal » qu’il faut retenir avec ce qu’il sous-entend de méticuleux et d’appliqué. À l’heure où les chefs ou chefs en devenir, tatoués de haut en bras, occupent la toile et les médias, ces deux givrés, eux, givrent du matin au soir. Ils givrent de très belles choses, les classiques que l’on engloutit par habitude, mais aussi de petites gâteries très originales.

Comme ils sont à un âge où l’on aime quand même beaucoup rigoler, ils travaillent très fort et très sérieusement tout en riant beaucoup ; au moins, ne rient-ils pas de leurs clients qui repartent repus, satisfaits, distraits et rafraîchis. Quelques créations attirent le regard et provoquent les sourires : « République de bananes », chargée de brownies, crumble et caramel en sauce ; « Feu de camp pour campeur urbain », une crème glacée au caramel et aux guimauves grillées ; « Courge musclée – La dure à cuire du Québec », base de courge musquée dynamisée avec un savant mélange de piment de Jamaïque, muscade, cannelle et gingembre ou « Sorbet rhubarbe, arrachée à mains nues du sol québécois », sans commentaire.

D’autres, plus classiques, épatent par leur soyeux comme ce magnifique « Sorbet de cassis de Hatley » au goût très assuré. On consomme sur place puisque l’endroit s’y prête bien, intérieur et terrasse, ou l’on apporte à la maison ou chez des amis que l’on surprendra.

On trouve les produits des Givrés, principalement sorbets et crèmes glacées, dans les épiceries fines, les bons restaurants, certains supermarchés et chez quelques traiteurs.

Les Givrés fabriquent eux-mêmes leurs cornets, réguliers ou sucrés, préparent de douillettes guimauves, de décadents gâteaux glacés, des sandwiches à la crème glacée, des esquimaux et des macarons irrésistibles qui complètent la panoplie des saveurs traditionnelles et des crèmes glacées molles. Aucun colorant ni arôme, pas de préparation ou de base achetées. Quand le travail est aussi bien fait, on aime vraiment beaucoup les petits artisans. Bonne canicule à tout le monde !


Givrés
Partagez


Et aussi …

Article suivant

Dans le même genre ou pas trop loin: