Restaurant Moleskine : élégance et délices sur l’Avenue du Parc

Mis à jour le 15 janvier 2020   |   Publié le 30 mai 2016   |   1790 partages

Le restaurant Moleskine a ouvert ses portes sur l’Avenue du Parc et est l’un des derniers petits des propriétaires du Pullman Catherine Bélanger et Bruno Braën surprend et charme (on retrouve également le Moleskine au TimeOut Market). Le restaurant Moleskine voit le jour à quelques portes à côté du Pullman, au coin de la rue Parc et Sherbrooke, même côté de la rue.

Le restaurant Moleskine surprend d’abord par son décor, réalisé par le talentueux designer Bruno Braën. Comme les autres établissements pensés par Bruno — Pullman, Auberge St-Gabriel, Big in Japan bar, etc.—, le décor est d’une belle créativité. On trouve une salle au premier étage, avec cuisine ouverte, sur entre autres un impressionnant four à bois. Des crayons pendent des plafonds, les menus sont là pour gribouiller, on y trouve les points comme pour dessiner dans les livres pour enfants ; l’espace est ouvert et les matériaux utilisés étonnent. Puis on trouve au deuxième étage, une salle plus chic, plus intime. Celle-ci est faite de matériaux nobles, possède des tables d’allure toutes différentes, avec quelques chemins de table en Moleskine, quelques chaises qui rappellent le Pullman et une ouverture sur la salle du bas ; c’est très joli !  On compte un peu plus d’une trentaine de places en haut, et un peu plus d’une quarantaine en bas. Le décor du restaurant charme, et son ambiance est à la fois familiale et chic, conviviale et confortable; on est ici dans l’un des plus beaux restaurants de Montréal.

Ensuite, au niveau du menu, la cuisine proposée est à tout à fait à la hauteur du style annoncé. C’est le chef de renommée Frédéric St-Aubin — ex-chef de 357 pendant 10 ans (!) — qui est le chef du restaurant Moleskine. On trouve une cuisine simple, mais très bien faite, axée sur le take out et ouverte midis et soirs. On peut y déguster des pizzas, (parmi les meilleures !) des salades, sandwichs, etc. Mais aussi des plats plus costauds : pâtes, poissons et viandes. Les desserts sont également mémorables, surtout celui au chocolat ainsi que le tiramisu.

Côté alcool, c’est Frédéric Simon qui a créé une carte de vins succincte, mais recherchée, composée de beaucoup d’importations privées.

Moleskine, ce sont des petits carnets — un clin d’œil à la jolie papeterie à côté du Pullman — et c’est aussi, à la base, un tissu de travailleurs, une toile de coton cirée. Le restaurant Moleskine est ouvert du mardi au samedi et prend des réservations. Il compte parmi nos adresses de lunchs originaux en centre-ville, si vous êtes dans le coin !

© photos Dominique Lafond

Le contenu de cette page doit être mis à jour