• 11 j’aime

État de choc : les chocolats d’ici à l’honneur

État de Choc
  • État de Choc

  • 6466 Boulevard Saint-Laurent Montréal H2S 3C4
    (514) 657-6466
  • Lundi: 11:00 AM – 4:00 PM
    Mardi: 11:00 AM – 5:00 PM
    Mercredi: 11:00 AM – 5:00 PM
    Jeudi: 11:00 AM – 6:00 PM
    Vendredi: 11:00 AM – 6:00 PM
    Samedi: 10:00 AM – 5:00 PM
    Dimanche: 11:00 AM – 5:00 PM
    • Propriétaire(s) Maud Gaudreau
    • Chef(s) Stéphanie Bélanger
    • Date d’ouverture 2018-11-01
    • Offre un menu dégustation
    • Accepte mastercard, visa, cash, debit
  • Chocolaterie

Ouverte depuis novembre 2018 sur le boulevard Saint-Laurent, la chocolaterie État de choc est aujourd’hui l’un des endroits de prédilection pour les amateurs de chocolats au Québec et l’une des meilleures chocolateries en ville. Après avoir étudié en administration et géré une compagnie dans un domaine complètement différent, la propriétaire Maud Gaudreau a décidé d’ouvrir une chocolaterie pour aller au bout de sa passion pour le chocolat, particulièrement celui fabriqué au Québec : « Pour le travail, j’ai eu un mandat en chocolaterie et j’ai réalisé que j’aimais ça. C’est un sujet dont j’aimais toujours parler, que je trouvais intéressant. Quand j’ai décidé d’ouvrir une chocolaterie, je n’ai pas réfléchi trop longtemps ». C’est donc dans le magnifique local du Mile Ex qu’elle a décidé de s’installer. Le décor, signé par Patricia Côté de chez Bataillon, magnifique dans sa simplicité, met en valeur les emballages colorés qui contiennent les précieux chocolats.

En fondant État de Choc, Maud Gaudreau avait un objectif en tête : donner une juste place aux fabricants de chocolat québécois, dont les produits commencent à être connus, mais l’étaient peu auparavant. « J’ai découvert les fabricants de chocolat québécois et j’ai réalisé qu’il n’y a pas beaucoup de chocolatiers qui utilisent leurs produits. Les produits « bean-to-bar » se trouvaient surtout dans les épiceries fines. Il n’y avait pas d’endroits avec une vaste sélection. En deux ans, on voit que le mouvement a déjà pris beaucoup d’expansion ». Les produits « bean-to-bar » sont des chocolats dont la fabrication est assurée de A à Z au même endroit. Les fabricants du Québec Qantu, Palette de Bine, Chocolats Monarque, Avaana et Chaleur B ont bien leur place sur les tablettes d’État de choc.

La chocolaterie est ainsi devenue un lieu de partage pour les gens du milieu. On s’y rencontre pour discuter, déguster et découvrir des produits exceptionnels, au grand plaisir de la propriétaire : « On prône la transparence et on collabore avec beaucoup de gens. Comme on est tous dans le même milieu, il y a une certaine compétition, mais c’est cool de dire qu’on partage. Les gens s’arrêtent ici et on parle de chocolat. On goûte à tous les chocolats. C’est vraiment une passion ».

Les recettes originales d’État de Choc sont le fruit du travail de la cheffe chocolatière Stéphanie Bélanger. Parmi les produits maison, on trouve des tablettes, des lingots, des cartes chocolatées, des tartinades… Il y en a pour tous les goûts ! Que ce soit pour offrir en cadeau ou pour se gâter, le passage à cette adresse vaut vraiment le coup. La maison offre également des ateliers pour les gens qui désirent en apprendre davantage sur ce produit fascinant et souvent méconnu qu’est le chocolat. Un endroit à visiter, si ce n’est déjà fait !








On en parle dans

Liste

L’art du « mixed takeout »

L'équipe de scientifiques a noté une corrélation directe entre les facultés cognitives d’un individu et sa familiarité avec le « mixed takeout ».

La symphonie de Jason DeJordy-Morris

Au restaurant Marcus, le chef exécutif Jason DeJordy-Morris dirige une brigade de 36 cuisiniers. Rencontre avec un chef d'orchestre qui n'a pas peur d'improviser.

Présenté par

Vanessa Pilon tombe sous le charme de la Capitale Nationale et de la Côte-Nord

Tout au long de la belle saison, nous sommes allés à la rencontre des producteurs du Bas-Saint-Laurent, de la Montérégie et de Lanaudière dans le cadre de la tournée Mangeons local de l’Union des producteurs agricoles (UPA). À temps pour les dernières récoltes, c’est maintenant au tour de la région de la Capitale-Nationale-Côte-Nord d’être à l’honneur

Présenté par