• 7 j’aime

Honō Izakaya : yakitoris et délices japonais à Québec

Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese Hono Izakaya restaurant Québec yakitoris japanese

Le Honō Izakaya a ouvert ses portes le 28 février 2018 à Québec et propose maintenant à la ville une excellente adresse où savourer des yakitoris et autre délices japonais dans un très joli décor!

Les propriétaires Thomas Casault, Ariane Boudreau, Julien Vézina et Patrick Beaulieu sont jeunes, dynamiques et très talentueux! Pourquoi ce local? «Toute la gang a travaillé sur St-Joseph et c’est la localisation qui nous intéressait. Il y a des coins plus animés sur la rue; on souhaitait une endroit tranquille, mais sur cette rue passante,» confie Patrick. C’est réussi, l’adresse, qui ne prend pas de réservation, compte parfois des files d’attente d’une vingtaine de client(e)s qui attendent pour passer la soirée ici.

Et avec raison, l’adresse est vraiment super. Tout d’abord, le décor du Honō est très réussi. Créé par Charlène Bourgeois du bureau Atelier Pierre Thibault, l’espace de 48 places est à la fois sobre et original. Avec ses tons de bois clair, son mélange de tables basses simples et communales et de tables hautes, l’espace donne envie de s’installer pour passer un bon moment. Le décor est au goût du jour, tout en demeurant intemporel.

Ensuite, on y mange très bien. «On voulait faire un Izakaya qui se spécialise dans les yakitoris; il y a un autre resto japonais à Québec qui offre des ramens et on ne voulait pas jouer dans ses platebandes, on voulait bien se différencier. Hono, ça veut dire flamme. On voulait un mot court qui sonne bien et qui fait allusion à nos grillades. Le mot flamme est donc venu assez facilement.» En effet, le restaurant se spécialise en yakitoris. En cuisine, le chef Jean-Christophe Comtois prépare des petits délices. «On a voulu créer un menu qui donnerait aux gens l’envie de revenir et d’apprécier certains items en particulier. On peaufine tous les items et on offrira sous peu des plats du jour qui, on espère, déstabiliseront les clients!» Parmi les coups de cœur du menu, on vous conseille les œufs de caille, la salade de calmars, les galettes de maïs, le poulet kaarage, les yakitoris de poulet, de flanc de porc, d’éperlans et de champignons. Notez également que les okonomiyakis et les dumplings sont de purs délices!

En  ce qui a trait aux alcools, les clients ne sont pas en reste; Julien Vézina monte une carte des cocktails unique en son genre! Pour les vins, la carte change toutes les semaines et met de l’avant des petits vins en importation privée très intéressants : «on travaille avec les agences La Cuvée et Symbiose; on roule beaucoup de produits et change régulièrement l’offre.» La maison offre des bons petits jus qui s’accordent parfaitement avec les plats, ainsi qu’une intéressante carte de sakés.

«J’aime l’atmosphère ultra chaleureuse du resto. La grosseur du local est parfaite selon nous: elle donne juste envie de rester et de prendre un verre. Je pense qu’on a trouvé un bel équilibre entre resto et confort de maison et que l’offre accessible et l’atmosphère conviviale plaisent aux clients.» C’est bien vrai. Le Honō Izakaya offre un très bon menu de yakitoris et de petits plats japonais, le tout dans une atmosphère conviviale et un décor élégant. Excellente nouvelle adresse originale de Québec! Essayez aussi son petit frère Honō Ramen, installé juste à côté depuis 2022!


Photographié par Maxime Brouillet et Thomas Casault





On en parle dans

Du magazine