• 15 j’aime

Mano Figa – nouveau café dans l’écurie Mano Cornuto

Mano Figa Mano Figa Mano Figa Mano Figa Mano Figa Mano Figa Mano Figa Mano Figa Mano Figa Mano Figa

MANO FIGA — À peine ouverte au public, la nouvelle addition à la scuderia Mano Cornuto bourdonne déjà d’activité. Un arrêt au puits obligatoire pour les amateurs de bons cafés italiens!

Si, dans le folklore italien, la Mano Cornuto (main cornue) éloigne le mauvais oeil, la Mano Figa (ou mano in fico, main dans la figue) symbolise quant à elle la fertilité, la bonne fortune. D’aucuns diront que c’est aussi un geste vulgaire équivalent au doigt d’honneur.

On ne sait laquelle de ces interprétations a motivé le choix de du nom, mais on reconnait bien là le côté irrévérencieux des quatre associés derrière le café Mano Figa, qui surfent habilement entre tradition italienne et skate culture.

Caffè e schiacciata à emporter

Mano Figa, donc, c’est la petite sœur de Mano Cornuto, une de nos adresses chouchou de Griffintown. Deux ans de pandémie et de take-out ont forcé le quatuor formé de Vito Ciocca (ex-Bremner et Garde-Manger), James Baran (Bremner, Garde-Manger, Park et A5), Tyler Maher (Foxy et Monkland Taverne) et Alex Ragoussis (Crew Collective) à repenser leur concept original.

«J’ai grandi dans le café de mon père à Montréal-Nord. Je veux que les enfants qui viennent dans mon café revivent ce que moi j’ai vécu quand j’étais petit.»
— Vito Ciocca, copropriétaire du Mano Figa

Inspiré par les caffè italiens typiques dans lesquels Vito a grandi, Mano Cornuto a peu à peu évolué vers une formule restaurant, avec une carte plus garnie et gourmande et une salle à manger où on a envie de s’attarder un peu plus longtemps. Le nouveau café, qui communique avec le restaurant mais possède sa propre entrée rue Ottawa, servira principalement des commandes à emporter.

Arrêt au puits obligatoire

«On a conçu l’identité du Figa autour du Italian racing, pour illustrer le côté grab-and-go, le speed service, explique Vito. Il y a une touche subliminale dans les détails et dans notre façon de faire les choses», poursuit-il.

Mettons les choses au clair: on ne va pas chez Mano Figa pour siroter tranquillement un espresso. Comme les puits de ravitaillement de la F1, le petit local bourdonne d’activité, surtout quand approche l’heure du lunch. On doit presque crier pour s’entendre parler, mais c’est un peu ce qui fait le charme de l’endroit.

Derrière cette agitation, l’équipe de cuisine menée par James Baran et Brett Davis travaille très sérieusement pour offrir des produits d’une qualité impeccable. La grande majorité des pâtisseries sont faites maison, tout comme la divine schiacciata qui sert de base aux copieux sandwiches. Dans un souci d’authenticité, les charcuteries et les fromages sont bien entendu importés d’Italie.

Le cafés, sélectionnés et torréfiés spécialement pour Mano Figa par la brûlerie montréalaise Traffic Coffee Co., sont aussi à l’image des lieux: riches, veloutés et légèrement fruités, à mi-chemin entre un espresso italien classique et un café third wave.

Recréer les traditions

Pour la saison chaude, on nous promet des granités aux fruits, des cafés glacés et des sandwichs à la gelato sur brioche maison. On salive déjà rien que d’y penser!

«Je me rappelle de mon père qui mettait le chocolat et la granita – un sorbet au citron – dans une brioche. C’était le combo parfait! Je veux créer ce genre de souvenir pour notre clientèle, que ça devienne aussi une tradition pour leur famille», espère Vito Ciocca.

Pour finir, difficile de ne pas repartir avec un t-shirt, un pendentif porte-bonheur ou une planche à roulettes à l’effigie de Mano Figa. L’équipe met beaucoup d’efforts derrière son merch et promet des nouveautés tous les trois mois, qu’on retrouvera évidemment aussi sur leur boutique en ligne Cornicello.


Photographié par Madeleine Plamondon



Du magazine