• 1 j’aime

Chez Justine : un excellent goût d’interdit

Justine_Carte Justine_Cocktail Justine_Plat Justine_Vin Justine_Bar Justine_Charcuteries

Dans la Basse-Ville de Québec, sur la rue Saint-Paul, bien qu’ayant pignon sur rue, Justine se cache derrière une intrigante devanture noire. Dès l’entrée et après avoir poussé un épais rideau rouge, on comprend immédiatement où l’on est: un speakeasy nous transportant directement en pleine prohibition.

Justine a vu le jour le 14 juillet 2020. Son propriétaire, Martin Vaillaincourt, qui détient aussi la microbrasserie le Corsaire à Lévis, avait un but bien précis lorsqu’il a décidé de se lancer dans cette aventure: «Je trouve que ça manquait dans le secteur, le Vieux-Port, un endroit où les gens de l’industrie peuvent venir boire un verre en sortant du travail, et pas juste un verre mais des cocktails de qualité, dans une ambiance qui sort de l’ordinaire. Étant féru du temps de la prohibition, il allait de soi que je voulais ouvrir quelque chose autour de la thématique d’un speakeasy et qui pourrait aussi plaire à tous les locaux et visiteurs de la ville», nous dit-il.

Toute une ambiance

Durant la prohibition, du tout début des années 20 au début des années 30, lorsqu’aux États-Unis la production, l’importation, le transport et la vente d’alcool étaient strictement interdits, des groupes de personnes se réunissaient souvent dans des arrière-boutiques, loin du regard de tout le monde pour boire toutes sortes de breuvages confectionnés maison. De grandes recettes de cocktails ont vu le jour à cette période, et le terme speakeasy, répondant aussi à la doctrine «pour vivre heureux vivons cachés», était de mise. 

Justine reflète parfaitement cette atmosphère; l’ambiance générale y est très feutrée, la lumière des bougie dispersée dans toute la salle servant de principale source d’éclairage. Tout au fond trône une superbe bibliothèque en bois, élément phare de la décoration, remplie de livres aux couvertures colorées. Les tables, en bois aussi, ni trop petites ni trop grandes, offrent le juste nombre de places assises, en comptant le bar, pour conserver l’intimité que l’on souhaite retrouver dans un speakeasy.  

On se sent vraiment bien en ce lieu, en sécurité chaleureuse même – un bon verre à la main – un peu loin de tout et plongé dans une autre époque. On oublie très vite qu’en sortant, on se retrouve dans un des axes principaux de la ville. Justine constitue donc une cachette de qualité pour braver les interdits !

L’art du cocktail

On ne peut parler de prohibition sans parler de cocktails, et chez Justine, ceux-ci sont préparés avec grand soin, suivant des recettes classiques mais aussi des recettes maison parcourant une très belle sélection de produits. Martin recommande particulièrement le Old Fashioned, grand classique, particulièrement remis à la mode au cours des dernières années. Pour y avoir goûté, on peut vous dire que même Don Draper ne serait pas déçu! On suggère aussi le Prohibition et, pour celles et ceux qui aiment les touches un peu plus funky, le Jungle Bird. Les cocktails sont aussi bons que les verres sont beaux, oui, car chaque détail compte dans cette véritable expérience.

De très belles assiettes

Bien boire c’est bien, mais bien manger en même temps, encore mieux. Justine propose une très belle carte de différents mets, plus qu’un simple petit menu de bar, on peut parfaitement y souper. Coup de cœur particulier pour les pancakes d’artichauts, le boudin noir grillé, le tartare de wapiti et l’aubergine parmigiana. Cerise sur le gâteau, les charcuteries et fromages locaux sont servis au guéridon et présentés consciencieusement un par un. Vous choisissez avec précaution et en totale confiance car tout est bon, très bon même. Pour tout ce que vous goûterez, votre assiette sera confectionnée directement après la pesée (le prix de cette dernière varie selon le grammage) et servie avec du bon pain chaud. 

Tout ou presque est dit, le reste c’est à vous de le découvrir. Que vous soyez de Québec ou de passage dans la ville, ne manquez pas d’aller rencontrer Justine, une visite qui ne vous décevra pas. Santé et bon appétit!


Photographié par Maude Chenette





Du magazine