_

Geneviève Boucher, c’est une super-sommelière qui a travaillé dans des dizaines de restaurants à Montréal et qui travaille entre autres pour la maison d’importation privée RÉZIN. Ses grands yeux bleus vous transportent au soleil et son charme et son énergie conquièrent quiconque la croise.

Geneviève est articulée et sensible dans son métier : « Selon moi tout est une question d’équilibre. Ce qui est intéressant dans la sommellerie, ce sont les producteurs, l’histoire derrière les bouteilles, les moments où les gens les dégustent, les occasions qui créent des souvenirs. À l’école, on parlait de barèmes de dégustation comme des caudalies — le nombre de secondes où le vin reste en bouche, mais je trouve ça tellement subjectif —, l’œil: si le vin est vieux, trouble; puis le nez, qui amène les souvenirs, et qui selon moi est beaucoup plus romantique; et finalement l’analyse en bouche, un peu plus comme moi, plus cartésien: on analyse l’acidité, l’alcool, le sucre, etc. »  Tu trouves pas ça snob un peu des fois, le vin ? « Pas vraiment… Il faut toujours garder en tête qu’on parle de jus de raisin fermenté ! » (rires). Oui, d’accord. « Il faut voir le vin comme la nourriture au restaurant; l’explication d’un vin est un peu comme l’explication d’un plat; elle permet de mieux apprécier la dégustation. »

Une fille travaillante, avec un parcours impressionnant

  • À 14 ans, elle commence comme hôtesse au Fourquet Fourchette, restaurant de Francois Pellerin, un des premiers chefs du Québec à servir du caribou sauvage.
  • Elle se lance ensuite en technique policière (!?) et travaille en même temps au feu restaurant Cube (maintenant Hambar) comme suitteuse, puis comme serveuse. C’est là où Xavier Burini (maintenant aux Trois Petits Bouchons) pique sa curiosité pour le vin.
  • À 17 ans, elle commence donc l’ITHQ en tant que sommelière, c’est la plus jeune de sa classe et à 19 ans elle obtient son diplôme.
  • Ensuite, elle travaille au feu Brontë (ancien restaurant de Joe Mercuri) et travaille avec Dave Pendon (de Œnopole et du restaurant Junior), Etheliya Hananova (longtemps au Lawrence, et maintenant en Europe) et Gorka Brassard (du Pied de Cochon, puis maintenant au Saint-Sacrament, pour finir par être co-propriétaire de la bière West Shefford)
  • Par la suite, c’est au 357 C — club privé, où elle se familiarise avec le vin haut de gamme et perfectionne sa technique sommelière
  • Puis chez Joe Beef et au Liverpool House avec Ryan Gray (maintenant au Nora Gray) et Vanya Filipovic (de Joe Beef, Liverpool House et Vin Papillon) pendant plus de deux ans
  • Depuis peu, Geneviève travaille aussi pour CellArt.ca, une entreprise qui désire réinventer l’expérience de  conception de caves à vin haut de gamme en créant des projets en misant sur une plateforme joignant innovation et qualité avec entre autres des conseils d’experts et des celliers intelligents.
  • Elle fait également quelques sauts élégants ici et là dans de nombreux restaurants de la ville pour donner un coup de main à la création de la carte et au service de sommellerie
  • Finalement, elle offre des ateliers culinaires au Dix 30 et fait des ateliers pop-ups d’arts et de vins dans l’atelier de son copain (vraiment top). 

Quel parcours ! Je ris en pensant qu’elle a fait tout cela en quelques années; ça fait beaucoup,  on ne peut qu’être impressionnés.

L’expérience RÉZIN — Lorsqu’elle a encore 19 ans, en même temps que son travail chez Joe Beef, Jean-Philippe Lefebvre de chez RÉZIN lui offre le poste de représentante. Elle est promue récemment comme  directrice marketing et communications de Rézin (bravo). RÉZIN est une maison d’importation privée qui a pris une expansion importante dans les dernières années et qui célèbre ses 20 ans cette année justement. Vous pouvez retrouver les produits de Rézin dans toutes succursales SAQ sélection et ils sont présents dans plus de 300 restaurants au Québec. Ils tentent de piquer la curiosité de notre génération et revisiter les cuvées plus vieilles pour leur redonner un vent de fraîcheur. RÉZIN s’occupe également des cartes de vins de restaurants, comme celle du Siboire à Sherbrooke (entièrement composée de vins RÉZIN).

Quelques suggestions de vins pour nous? Entre 15-25$ ; le Vouvray brut — Vincent Carême, le Combal — Cahors en biodynamie, et sinon le Riesling Allemand — Selbach Oster. Sinon le Saint-Joseph — des Vins de Vienne (le Québec est d’ailleurs vendeur #1 de celui-ci) ou le Pinot-Gris, Ostertag.

© photos Cindy Boyce

 


genevive-boucher-sommeliere-rezin-tastet genevieve-boucher-rezin-cellart-tastet-3
Partagez


Et aussi …

Article suivant

Dans le même genre ou pas trop loin: