Chargement

Laurea — Laurier BBQ nouveau et amélioré

Mis à jour le 15 février 2018   |   Publié le 4 août 2014   |   443 partages

LE CONTENU DE CET ARTICLE N’EST PLUS VALIDE.

CONSULTEZ NOTRE LISTE DES RESTOS LE SOIRS POUR D’AUTRES SUGGESTIONS 

Ce célèbre Laurier BBQ. Presque tout le monde à Montréal a un jour dégusté les tant aimées cuisses-sauce-frites suivies d’un moka chaud. Puis, comme beaucoup de restaurants, il y eut changement de propriétaires. Premièrement excités par l’arrivée de la star Gordon Ramsay dans le projet, les gens ont vite compris que Ramsay avait mal saisi le lieu… Cette deuxième vie du Laurier fut un flop. So long Mister Ramsay.

Que devient donc ce fameux Laurier ? L’établissement est immense et situé sur l’avenue Laurier. Le loyer ne doit pas être donné. Il fallait des gros joueurs. Vous l’avez probablement entendu, ils sont arrivés : Éric LeFrançois — que vous connaissez peut-être entre autres de Rufus Rockhead, d’Edgar Hyperlodge, de la Drinkerie —, Cindy Simard — entre autres de Rachel Rachel — et la star québécoise de renommée internationale Jeff Stinco — guitariste de Simple Plan et maintenant co-propriétaire de quelques établissements de la restauration montréalaise dont Mangiafoco et Shinji pour n’en nommer que quelques uns. Une star co-propriétaire encore une fois, mais cette fois-ci plus sensible aux goûts du Québec.

Lorbeer-Laurea-Tastet

Ils ont débarqués, budget en main, idées en tête, et ça semble vouloir donner quelque chose de pas mal.

Quand il nous est venu à l’oreille que le nouveau Laurier BBQ reprendrait ce concept de bar ET restaurant dans un même lieu, on s’est dit : « Enfin, là ils vont réaliser ce concept génial de servir à manger, puis servir à boire aux clients, au chaud, dans le même endroit toute la soirée ! » D’un côté de l’établissement, ils ont ouvert le Lorbeer — micro-brasserie associée à West Shefford (avec délicieuses pintes de bières artisanales à 6,75 $ et des pompes à bière à certaines tables pour les gens plus fêtards) et de l’autre, le restaurant Laurea. Y a-t-il un lien entre les deux ? Non, pas vraiment — même le chef est différent. Déception de départ? Qui fut courte: le Laurea constitue à lui seul la formule gagnante. Et comme le dit Rebecca Bourque, la designer assignée, l’espace était si grand qu’il fallait séparer les deux.

© Ariel Tarr

Comment ? Et bien, au premier étage, on trouve un lounge-cocktail-bar, avec tables basses, canapés, cocktails classiques et signatures, apéritifs, digestifs, bar à huîtres, piano, et bouchées inspirées de la cuisine. Vous pouvez donc y commencer la soirée tout comme vous pourrez la finir.

© Ariel Tarr

 

Lorsque l’on choisit de monter au deuxième, on peut trouver le nouveau restaurant tant attendu.

Laurea

Cuisine dirigée par le célèbre Hakim Chajar, que vous connaissez peut-être de l’émission Les Chefs !, et qui a aussi été à l’école de Daniel Vézina, du 357C, du Maedwood Californie et de Michel TroisGros à Rouen pour n’en nommer que quelques uns. Il sera aidé par Nicolas Sénépart — d’entre autres TroisGros et Tour Argent, pour les desserts qui changeront au rythme de la cuisine. Cuisine que l’on promet inspirée des produits locaux, qui suit les saisons. Quelques entrées, quelques plats, toujours exécutés en simplicité. « Le produit est ce qu’il y a de plus important. Le chef n’est qu’un lien entre le producteur et le client, » nous dit Chajar. Alléchant. « Je suis Marocain alors il y aura toujours une touche de textures et de parfums, mais le plus en simplicité ». Accessible ? On nous dit que oui. Encore plus alléchant.

photo 1

Et à boire, maintenant ? Jean-Benoît Hinse et Frédéric Fortin s’en occupent. Tous deux membres de l’ACSP Association canadienne des sommeliers professionnels, ils vous préparent une carte des vins prometteuse. Beaucoup de vins du Québec et du Canada et la plupart des autres en importation privée, disent-ils.

(Hakim, Rebecca et Jean-Benoît dans la photo) :

Hakim, Rebecca et Jean-Benoît

Tout cela réalisé dans un environnement signé Rebecca Bourque — on lui connaît récemment l’Edgar Hyperlodge à Bromont, de la Drinkerie, mais principalement des résidences privées — « On me dit souvent que mes restaurants ressemblent aux maisons que je signe. Peut-être est-ce pour cela que c’est chaleureux, je ne sais pas… »

© Ariel Tarr

100 places assises en haut ; plus d’une quinzaine au bar et quelques chanceux à la table du chef. Plus de 50 places en bas où vous pourrez redescendre finir la soirée. « Un mobilier léger, qui se veut intemporel, classique, » explique-t-elle. Une grande cuisine ouverte, avec des gens qualifiés aux fourneaux. Et une magnifique cour intérieure avec des bacs de fines herbes pour la cuisine, un Limier et un Laurier, puisque l’équipe a fait faire un toit en verre rétractable qui crée un petit coin romantique. Impressionnant. Très impressionnant. Le restaurant sera ouvert jusqu’à 23h, le lounge jusqu’à 3h.

© Ariel Tarr

Ouverture ce jeudi. Bonne découverte !

 

 

J’aimerais proposer une amélioration à cet article