Catherine Bélanger et son nouveau restaurant Moleskine

Catherine Bélanger, c’est toute une restauratrice. Avec un entregent qui fait l’envie de beaucoup d’entrepreneurs, la femme d’affaires hors pair est une travaillante à la vision claire et au cœur battant. Après avoir ouvert le Pullman il y a plus de 10 ans, elle ouvre au courant de mai son nouveau restaurant Moleskine; on vous en parle davantage.

Catherine Bélanger et son nouveau restaurant Moleskine

Catherine Bélanger, la petite rusée — Très jeune, par les grandes sœurs de mes amies, Catherine comprend vite que la restauration est plus payante que de travailler en boutique comme job d’été. « J’ai commencé à travailler dans les restos en voyageant. J’ai été à Banff, je m’étais fait un faux CV, j’étais prête à être plongeuse, travailler au McDo. J’ai ensuite fait l’Angleterre jusqu’à la Syrie avec une amie ; on voyageait, visitait, et quand on n’avait plus d’argent, on se posait et on travaillait dans un resto. » De là est né un intérêt pour la restauration.

Catherine Bélanger, la passionnée — Grande voyageuse, elle reçoit un coup de fil lorsqu’elle est en Afrique pour ouvrir le Petit Italien. « J’ai changé mon plan et je suis revenue à Montréal. »  Dans le but d’aider à réaliser le décor, l’équipe derrière le Petit Italien fait appel au designer Bruno Braën qui est aussi leur ami. En 1999, le Petit Italien ouvre ses portes et devient rapidement la cantine des gens d’Outremont ; Catherine y travaille corps et âme pendant 5 ans.

Le soir, en finissant de travailler, elle mange au Conti ou à L’Express, les deux seules tables qui sont ouvertes à l’époque pour prendre une bouchée et un verre tard le soir. C’est au Petit Italien que Catherine en apprend sur le milieu des vins et développe un intérêt particulier pour la chose. C’est là que lui vient l’idée d’ouvrir un bar à vins à Montréal lui vient.

Catherine Bélanger, la visionnaire — Elle vend ses parts du Petit Italien, et en moins d’un an elle ouvre le bar à vin Pullman. « Je n’ai même pas pris de vacances ! Je m’en suis un peu voulu après, mais bon, c’est la vie. » À elle se joint Bruno Braën comme copropriétaire et designer; il l’aide à penser « cette espèce de bibite » qu’ils créent ensemble. À l’époque, le métier de sommelier n’est pas très bien compris ni bien vu; la sommellerie est perçue comme très élitiste et complexe, bref pas pour tout le monde. Le Pullman, comme on vous en a souvent parlé, est un bar à vin exceptionnel de Montréal. C’est en partie dû au travail assidu de Catherine et de toute l’équipe de la maison.  Catherine et Bruno ont inventé un espace, un lieu qui accompagnerait leur concept. En y repensant, le Pullman était innovateur pour Montréal; le visage du vin n’était pas du tout le même et le défi était grand — le Pullman a été un précurseur, un avant-gardiste et c’est maintenant un classique.

Catherine Bélanger, la femme de famille — Passionnée dans son travail, vous pouvez imaginer combien elle s’investit aussi dans sa famille. Catherine a fondé une famille et créé un vigneron à Magog avec son mari ; « le vignoble s’appelle Pinard et Filles, j’y ai planté des vignes vitis vinifera, des cépages européens. » Comme dans tous les projets dans lesquels elle s’investit, le tout est géré avec beaucoup d’énergie et d’organisation.

Aujourd’hui, Catherine Bélanger se montre encore une fois entrepreneure. Après plus de 12 ans, Catherine Bélanger et Bruno Braën ouvrent finalement un nouveau restaurant, à quelques portes d’à côté, le restaurant Moleskine (dans l’ancien grec au coin de la rue Parc et Sherbrooke, même côté de la rue).

Pourquoi maintenant ? « À cause du local qu’on a trouvé, qui est beau et proche d’ici! J’aime bien penser les choses. On a regardé ailleurs, mais je suis attachée au quartier, je veux pouvoir marcher pas de manteau pour aller à mon autre resto. J’avais pas envie d’aller ailleurs, je voulais continuer d’améliorer cette petite section de l’Avenue du Parc que les gens trouvent si étrange. Je l’aime cette petite section ; anglo, franco, tout est un peu à 15 minutes d’ici. »

Et puis, à cause du chef. Et quel chef ! Depuis quelque temps, la cuisine du Pullman est gérée par Frédéric St-Aubin — ex-chef de 357 pendant 10 ans (!) — et depuis son arrivée, Catherine et Bruno souhaitaient ouvrir quelque chose avec lui. Frédéric est un grand chef de Montréal, un des meilleurs en ville et il sera le chef du Moleskine.

Et on était là avec Véro ; Véronique Dalle, la responsable de salle et de bien d’autres choses au Pullman. Les yeux, les oreilles, la bouche et le bras droit de Catherine dans le bar à vin. Au Moleskine, c’est elle qui s’occupera de la gestion de salle et de la carte des vins et des accords. Véronique et Frédéric seront également copropriétaires au Moleskine. Une équipe des plus prometteuses! Catherine s’occupera de l’organisation, de la gestion, du concept et de la réalisation du concept et de l’idée.

Moleskine, ce sont des petits carnets — un clin d’œil à la jolie papeterie à côté du Pullman — et c’est aussi, à la base, un tissu de travailleur, une toile de coton cirée. Le décor du Moleskine sera encore fait par le talentueux Bruno Braën. On peut s’attendre à quelque chose d’original, puisque c’est ce qui qualifie le mieux les décors du designer — Pullman, Auberge St-Gabriel, Big in Japan bar, etc. Le restaurant sera sur deux étages comme au Pullman, mais ici on sera sur plusieurs vitesses. L’étage du bas sera axé sur le take out, des midis simples, beau, bon et pas cher. En haut, un restaurant plus haut de gamme, avec réservations. Le menu tournera autour de l’utilisation du four à bois — « un mode de cuisson franchement intéressant » — et de produits locaux. Les deux étages vous offriront deux expériences différentes. On trouvera de la bière et du vin on tap. Du vin de bons vignerons, comme on connaît au Pullman. En haut, ce sera dans le même esprit, mais plus travaillé, plus gastronomique.

Le restaurant sera peut-être plus familial, plus comme Catherine aujourd’hui. « Il y aura toujours beaucoup de chaos, de chaleur. » Ah. On a très, très hâte.

Le Moleskine ouvrira au cours du mois de mai et sera ouvert de 11h à 23h du mardi au samedi. Le Pullman est ouvert tous les jours de la semaine à partir de 16h30.



You Might Also Like

  • Fiers partenaires