Théo Diamantis
5605, De Gaspé, Montréal #206
http://oenopole.ca
514 276 1818

Théo Diamantis : légende vivante du vin

Theo Diamantis est une personnalité très connue et respectée dans la scène de gastronomie de Montréal et dans celle des vins du Québec. L’homme gréco-montréalais est co-propriétaire de la Maison d’importations de vins Oenopole. Entrevue avec un homme passionnant et passionné.

Theo-diamantis-oneople-vins-restaurant-montreal

Le parcours éclectique de Théo Diamantis

Après avoir terminé un baccalauréat en éducation à Concordia, le linguiste polyglotte devient professeur d’anglais langue seconde. Son métier l’amène alors à voyager en Amérique latine, en Europe et ailleurs. De 1994 à 2005, il travaille dans l’industrie du média, où il touche entre autres au marketing, aux nouveaux médias, à la communication et à l’organisation d’événements culturels. En 2005, l’entreprise pour laquelle il travaille doit couper des postes et Théo perd son emploi. En fait, il dit plutôt  « ils ont dû couper des emplois et cela m’a donné l’opportunité de faire quelque chose d’autre, de penser à quelque chose de nouveau ». Un optimisme remarquable, surtout les circonstances. Admirable.

Il se dit alors qu’il veut soit aller en cuisines ou en salle à manger. En 2005, à 41 ans, il se lance  donc en sommellerie à l’ITHQ.  « Pour obtenir la crédibilité du milieu gastronomique, il faut avoir un training ou une expérience dans les restaurants. Je voulais avoir ça. »

Précurseur — « Je connaissais Alexis Fortier-Lalonde et Aurelia Filion — ses deux associés — et les deux partageaient ma passion du vin. On était tous les trois des « trippeurs » de bouffe. On avait une même passion. Ils m’ont vraiment montré le côté insolite du vin avec les vins nature. À l’époque il n’y avait que Rézin qui faisait ça. Il y a maintenant 200 – 300 agences d’importation privée au Québec. C’est énorme. » En 2006, ils décident de partir une agence d’importation privée et Oenopole — cité du vin en grec — voit le jour.

En 2007, ils trouvent leur créneau: vins d’importation grecque, italienne et française. Leur slogan : « boire vrai ». Ils offrent des ‘vins vrais’, avec un respect de la viticulture, du territoire, de l’histoire et de la région. Des vins vrais ce sont des vins plus digestes. La tendance qu’ils prennent est importante; ils valorisent les vins biodynamiques et les vins nature, qui à l’époque sont très peu connus.

Fonceur — Théo et ses associés se donnent comme défi de changer le goût de la SAQ: mettre des vins différents sur les tablettes de l’établissement. Des « vins vrais ». « À l’époque, il n’y avait aucun vin naturel de la Grèce ou de l’Italie. Nous avons entre autre été les premiers à amener le vin orange au Québec. (le vin orange est un vin blanc vinifié en rouge m’explique-t-il). « Parce qu’après il faut les vendre ces vins! Personne n’avait le courage. Si la SAQ sait qu’il y a un marché pour ça, ils vont en acheter. Il y avait des vins nature de France déjà, mais pas d’ailleurs. Ça a été notre gros challenge de pouvoir changer le paysage du goût. Il existait en importation privée oui, mais on voulait l’avoir à la SAQ aussi. On voulait gagner le respect et la crédibilité du milieu. »

Créatif — Pour passer son message, Théo va voir les plus grands chefs des plus grandes tables. Il vend la buvabilité du vin, son côté digeste, exprime les terroirs, parle des gens, des sommeliers et entre alors au Pullman, au Laloux, au Club Chasse et Pêche, au Joe Beef et ailleurs. Et une fois les vins servis sur les grandes tables, les choses s’enclenchent. « Les vins grecs étaient servis dans les restos grecs, mais aussi ailleurs. »

Une équipe de feu et son succès — Aurelia s’occupe du portfolio, de la France, de l’Italie et de la SAQ et commence sa série « Bu sur le web » qui fait un tabac, Théo s’occupe des ventes et du portfolio grec et Alexis est le directeur général; il s’occupe de la structure générale de l’entreprise et nous amène la crédibilité financière et fiscale dont on avait besoin. Oenopole c’est maintenant plus de 100 vignerons, une relation avec plus de 100 restaurants et toutes les très bonnes tables, beaucoup de vins vendus en SAQ et une équipe de 11 passionnés. Trois départements: opération, marketing et ventes. « Ce dont je suis le plus fier, c’est vraiment d’avoir réussi à changer le paysage des vins à la SAQ et dans les restaurants, d’avoir été une sorte de leader de goût et d’avoir réussi à changer l’image de certains vins. Étant Grec, d’avoir introduit une belle culture de la Grèce dans ce milieu, c’est une belle victoire personnelle. »

Ses petits coups de cœur?  l’Assyrtico grec et les Rouges du Piedmont. En vente chez Oenopole évidemment.

De leur site web: « Boire vrai c’est aimer la fraîcheur dans les vins. C’est un vin fin, au goût élégant qui ne cherche pas à scorer des buts, mais qui veut sérieusement être simplement apprécié sur une table, sur une terrasse ou autour d’un feu de foyer aux mains de quelques amis qui prennent le temps de profiter de la vie. »

Félicitations pour tous ces accomplissements et ce beau travail et longue vie à Oenopole

oenopole-équipe-theo-diamantis-vins-tastet





You Might Also Like


  • Fiers partenaires