Bar kitch exceptionnel
4105, boulevard Saint-Laurent
http://on.fb.me/1m7ODkR
514.439.1850

Bar kitch exceptionnel

Voir l’article officiel sur le bar Majestique Ici.

Dans un texte sur Internet ou ailleurs, mettez le nom de Charles-Antoine Crête, la turbine ex-Toqué! vous venez de gagner 10 000 points. Ajoutez celui de Cheryl Johnson, son âme sœur, esthète du poêlon elle aussi, vous doublez la récolte. Complétez avec les noms de Richard Holder et Olivier Farley, les deux joyeux lurons du bar Waverly « qui n’est pas sur Waverly », vous quadruplez. Comme touche finale, insérez dans votre billet les mots « bar-restaurant », « boulevard Saint-Laurent », et vous venez de gagner le jackpot.

La chose s’appelle « Majestique ». Oui, oui, je sais, ça n’existe pas en français, on dit « Majestueux ». Ça n’existe pas non plus en anglais d’ailleurs, on dit « Majestic ». C’est sans doute un clin d’œil gastronomico-culturel de tous ces jeunes gens qui jouent avec les langues. Charles-Antoine m’a dit : « J’aurais aimé ça mettre des langues au vinaigre sur le comptoir. » On ne peut pas toutes les gagner…

Au milieu du siècle dernier, de grosses Buick Roadmaster et d’éblouissantes Oldsmobile Delta venaient se garer devant le 4105, boulevard Saint-Laurent. L’endroit s’appelait Lester’s Delicatessen et servait des smoked meat. C’était la mode. Les modes passent et, depuis une vingtaine d’années, la grande enseigne Deli-Cité n’accueillait plus que des pigeons.

Aujourd’hui, l’adresse renaît, s’appelle Majestique, devrait ouvrir incessamment et croyez-moi, ça va brasser sur la Main. Au nombre de commerces qui ont dû fermer leurs portes à la suite des travaux qui se sont poursuivis pendant des mois il y a trois ou quatre ans sur le boulevard, on applaudit l’initiative. Il n’y a jamais trop de bars-restaurants quand ils sont bons ; celui-ci devrait être excellent, mon fidèle Laguiole frémissait d’impatience dans ma poche.

Thomas Csano, designer graphiste particulièrement illuminé a revampé l’intérieur en l’allumant d’un tintamarre d’objets hétéroclites. Très réussi.

Charles-Antoine et sa complice Cheryl se sont alliés à deux autres fines casseroles : Dominique Lalonde, passé lui aussi par les cuisines de Normand Laprise, référence dans le domaine, et Marcio Concilio, jeune, beau, tombé dedans quand il était petit et arborant fièrement cette casquette à palette droite qui signale un vrai. Ensemble, ils ont concocté un menu qui devrait faire le bonheur des noctambules gourmets. On est loin de la viande fumée et quelques propositions figurant au menu réjouissent juste à les lire. Je vous en donne trois pour vous mettre en appétit :

1. « Saumon confit brûlé au sirop, glace de légumes + huile d’oignon vert, moutarde baseball, salade de popcorn + échalote + radis + oseille rouge + persil + huile d’olive + miel/riz ».
2. « Caille frite, aïoli, poudre de shiso + carotte slice  + radis + persil ».
3. « Hot Dog de 14 pouces (pour 2), mayo citron épicé, chou + pomme verte + poireau frit + miel/riz, piment fumé + moutarde baseball + sésame rôti ».

Je vous sens déjà frémissants. Le reste de la carte est tout aussi divertissant.

Au coin du long comptoir, Max Ruiz Laing, écailleur de son état, préparera des huîtres avec cette délicatesse et cette fluidité du geste qui distinguent les bons écailleurs.

Les portes devraient ouvrir la semaine prochaine et la cuisine ferme à 2 heures. Ça devrait être la folie. Je vous aurai prévenus.

Majestique – 4105, boulevard Saint-Laurent, 514.439.1850. N’appelez pas tout de suite, mais n’attendez pas trop. Je vous aurai également prévenus pour ça.

crédit photo (genre) : Thomas Csano

IMG_5180

IMG_5161

Lesters_Delli-Cité_1946_SMALL

 

 



You Might Also Like

  • Fiers partenaires