_

« Patrice ! Patrice ! Patrice ! », hurlaient les milliers de personnes massées devant le 2360, rue Notre-Dame Ouest, la future pâtisserie de Patrice Demers, notre génie local de la chose sucrée (et dans le salé, je vous assure qu’il n’est pas mal du tout non plus). Comme je voulais prendre la devanture en photo, j’ai crié « Ce n’est pas cette semaine, revenez le 20 février ! » Tout le monde est parti en ronchonnant. Les gens aiment beaucoup Patrice Demers.

Quand je dis local, c’est un peu réducteur. Je pourrais en effet mettre les pâtisseries de Patrice sur n’importe quelle table chic de n’importe quelle capitale en demandant « à quel grand chef doit-on cette gâterie ? » et je suis sûr que les gourmands nommeraient sans hésiter leur génie local à Paris, Londres, Rome ou Copenhague.

Après avoir sautillé dans plusieurs excellents restaurants de Montréal — Leméac, Les Chèvres, Laloux et dernièrement Les 400 coups — où il a fait découvrir aux clients que même après un repas généreux, ils pouvaient toujours trouver une petite place pour un dessert, Patrice ouvre Patrice. C’est simple, facile à retenir et, de toute façon, c’est ça qui est ça.

Dès le 20 février donc vont voler les financiers, les petits cakes pralinés, les gâteaux chocolat-café Saint-Henri, les sablés aux pacanes, les kouign-amanns irrésistibles. Jean-Pierre Viau, autre génie local, mais cette fois du design a conçu un intérieur sage et invitant. Marie-José Beaudoin, la sainte sans qui Patrice ne serait que Patrice, veille à tout avec cette ravissante rigueur qu’ont les sommelières, les bonnes je veux dire. En cuisine, une demi-douzaine de pâtissiers et pâtissières pâtissent en sifflotant de plaisir.

Dans une belle grande salle un peu en retrait, on pressent des cours donnés bientôt à des étudiants extrêmement attentifs, le prof s’appelant Monsieur Patrice. Les inscriptions s’ouvrent incessamment sous peu.

Plus tard viendront quelques sandwiches et autres choses amusantes pour manger à midi. Comme il y a pas mal de places assises en salle et au comptoir, on servira également quelques soirées de petites choses salées que vous devinez lumineuses. Dans l’immédiat, on se concentre sur le sucré, à consommer sur place ou à emporter pour pécher à la maison. Imaginez les choses qui pourraient se passer chez vous, une fois les enfants couchés quand vous ouvrirez cette boîte très sexy pour en sortir une moelleuse brioche feuilletée au chocolat caramélia. La pâtisserie ravale souvent l’homme et la femme au rang de la bête. Merci Patrice.

Patrice PÂTISSIER — 2360, rue Notre-Dame Ouest – 514.439.5434 – www.patricepatissier.ca
Ouvert du mardi au samedi de 9 h 30 à 18 h 30 et le dimanche de 9 h 30 à 17 h
Bar à vins et desserts du jeudi au samedi 17 h 30 à 22 h 30


Patrice patissier
Partagez


Article suivant

Et aussi …