_

Les tamtams du Mont-Royal ont disparu, chassés par le blizzard, mais même à 8000 degrés sous zéro, Radio-Casseroles, cette grosse machine à rumeurs toutes plus farfelues les unes que les autres sur le milieu de la restauration, émet à plein régime.

Dernière nouvelle rapportée sur les ondes de Radio-Casseroles : « Charles-Antoine Crête est gay ! » Celle d’avant : « Charles-Antoine Crête est une fille déguisée en chef ! » On avait eu droit aussi à : « Charles-Antoine Crête et Normand Laprise fondent une famille ! » Et également à : «  Charles-Antoine Crête se déguise en lapin rose pour séduire David McMillan ! »

N’importe quoi avec beaucoup de points d’exclamation. Pour certains, le point d’exclamation permet de rendre crédible n’importe quoi.

Je ne suis pas très fort en points d’exclamation et j’aime bien aller à la source. Idéalement, aux sources, pour vérifier, recouper, valider. J’ai pris un long café ce matin avec Charles-Antoine. Rassurez-vous, il va bien. Normand Laprise aussi d’ailleurs. Richard Holder et Olivier Farley également. Cheryl Johnson est à Phuket, mon Skype ne se rendait pas jusqu’en Thaïlande, mais elle va pour le mieux. Voyons donc de quoi il en retourne exactement.

Après 14 ans chez Toqué! aux côtés de Normand après avoir été sous sa houlette, le besoin se faisait sentir pour Charles-Antoine de voler de ses propres ailes. Interrogé à ce sujet, le chef de Toqué! avait son habituelle sérénité : « Ce départ, vous le voyez comment Chef ? » « Ce n’est pas vraiment un départ ; c’est plus une évolution normale, un peu comme quand les enfants quittent la maison, ils ne partent pas vraiment, jamais. Charles-Antoine, c’est un des cuisiniers de l’avenir pour Montréal. Il appartient à cette race de cuisiniers qui construisent. David (McMillan), Derek (Dammann), Martin (Picard), ce sont tous des bâtisseurs. Et avec Charles-Antoine, je resterai comme avec Martin, très proche, très connecté. »

D’ici le retour du printemps, Charles-Antoine va donc cuisiner à Gaza, en Afghanistan et dans cinq ou six autres endroits où vous n’irez pas en vacances. Ça m’étonnerait que l’on cuisine des cailles farcies ou des gnocchis à la lavande. Charles-Antoine fait les choses différemment, même les émissions de télé.

Il donne aussi quelques conseils à Richard Holder et Olivier Farley, les deux joyeux lurons derrière le Bar Waverley, pour un nouveau projet qui devrait voir le jour au printemps au 4105, boulevard Saint-Laurent. Il donne bien entendu des conseils sur la cuisine. Ce sera donc un bar où l’on mangera des trucs divertissants.

Après ? Après, comme il y a le retour à Montréal de Cheryl, sa complice pendant près de 10 ans chez Toqué!, on peut parier sans trop risquer que quelque chose ouvrira. « À Montréal Charles-Antoine ? » « Idéalement, ce serait chez moi à Saint-Augustin de Mirabel, mais pour l’instant, ce sera à Montréal. »

Ça, c’est un beau cadeau de Noël. Car, quoi qu’il fasse, ce sera décoiffant, original et surtout très bien fait. Je ne comprends pas toujours ce jeune chef, mais j’aime toujours ce qu’il fait. En cuisine, comprendre ce n’est pas si important que ça. Ce qui est important, c’est d’aimer ce qui est dans les assiettes. À suivre.

 

Crédit photo : Hans Laurendeau (Merci beaucoup)


Charles-Antoine Crête
Partagez


Article suivant

Et aussi …