Se sucrer le bec en se cultivant

Au lendemain des festivités entourant l’Halloween, j’ai trouvé très à propos de vous suggérer un ouvrage extrêmement bien fait que la dynamique petite maison d’édition québécoise Héliotrope vient de mettre sur les tablettes. Le bec sucré – Panorama d’une passion québécoise de l’auteur Vincent Parisien est à mettre entre les mains de tout le monde, petits et grands et, si vous avez un bas de Noël à remplir, le format de cette nouvelle publication vous permettra de compléter intelligemment.

Au Bec sucré

Si l’on feuillette rapidement, on commence par sourire, puis on rit de bon cœur au fil des pages : Titre d’introduction: Tadam !; Chapitre 1 ; Splish 1 Splash ! Tout commence avec la mélasse; Chapitre 2: Mmmm ! Se sucrer le bec. Un geste contre la religion ? Et ça continue comme ça pendant dix chapitres. En plein milieu du livre, pour vous donner un petit répit dans l’hilarité, six recettes de choses sucrées offertes par la maison Héliotrope en collaboration avec quelques joyeuses toques de chez nous: Rémy Couture avec un whippet; Caroline Dumas et son pouding chômeur; les trois petits comiques de chez Les Givrés; des crêpes pour 1200 personnes par Pierre Faucher de la Sucrerie de la montagne; des beignets glacés chocolat et café par Patrice Demers, grand gourou de la chose sucrée; et même Rolande Desbois, distinguée encyclopédie sur pattes, y va d’une tarte aux pommes des demoiselles Tatin.

On finit par ralentir graduellement le feuilletage car si l’on rit beaucoup, on apprend également beaucoup. Dès les premières pages de ce très divertissant et très instructif petit ouvrage, l’auteur cite Maxime Blanchard professeur à la City University of New York, dans Enfant de nanane, Québec français, no 138, 2005 (erudit.org) : «Comme les bonbons assortis ou assorted candies, friandises bilingues du colonisé, l’enfance aide à réfléchir au Québec d’autrefois, quétaine, catho, habitant, prolo, aliéné et sublime.» Et il continue: «Le présent des petits Québécois n’est plus tellement catho ou habitant. S’il est encore un peu quétaine ou sublime, il est surtout explosif: Casse-gueule, Gobstopper, Schokers, Warheads Extreme Sour, Atomic Bottle Pop et Hazardously Sour Candy de Toxic Waste qui commercialisait aussi les Nuclear Sludge Chew Bars, récemment retirés du marché à cause du taux trop élevé de plomb qu’ils contenaient. Mais aussi Pop Rock Dips, Gommes boules de feu, Dubble Bubble, Candy Spray, Yeux de vampire et Mille pattes. Du sucre, du sucre…» On sait à quoi s’en tenir.

Beaucoup de recherches, beaucoup de renseignements et beaucoup d’enseignements sur la place très importante occupée par le sucre dans notre belle province. Le tout est présenté de façon digeste, ce qui relève de l’exploit compte tenu du sujet.

Glace au chocolat

Les Éditions Héliotrope publient des trucs vachement songés, très sérieux, parfois un peu ardus pour qui aime la très soutenable légèreté de l’être. Même si on lit avec un immense plaisir Catherine Mavrikakis, le formidable professeur Jean-Pierre Routy, Gabriel Anctil et l’ensemble des auteurs ”sérieux” de la maison, on la remercie d’avoir, avec Le bec sucré – Panorama d’une passion québécoise, pensé aux lecteurs sensibles aux variations climatiques et qui ont tendance à tomber dans une affligeante mélancolie à la vue de la première feuille virevoltant.

Glace

Ces lecteurs avaient beaucoup aimé dans la collection Bienvenue au Québec des Éditions Héliotrope: Motel Univers; Maudite poutine; et Sacré dépanneur. Vous aimerez encore plus Le bec sucré – Panorama d’une passion québécoise. Vous pouvez l’acheter maintenant et commencer à le lire quand les friandises de l’Halloween auront été digérées.

Ps : À côté de celui d’Ève Derome, cette jeune auteure québécoise qui, comme Réjean Ducharme fuit la presse, mon nom apparaît au générique puisque j’ai écrit quelques lignes, pas les meilleures. Le reste est très bon.

Post ps ; toutes les photos de ce billet sont des deux allumés de la lentille qui ont fait un travail remarquable pour Le bec sucré – Panorama d’une passion québécoise.

Le bec sucré – Panorama d’une passion québécoise
Vincent Parisien
Photographies de Chuck & Twist (les cousins québécois de Cheech ‘n Chong)
Éditions Héliotrope
224 pages – 22,95 $

Cabane à sucre

Binerie

BEC SUCRE - C1





You Might Also Like


  • Jocelyne Rioux
    1 novembre 2013 at 14 h 47 min

    Bravo pour ce commentaire très approfondi. Mais qui est donc cette Ève Derome dont tout le monde parle?

    • Tastet
      Tastet
      1 novembre 2013 at 16 h 03 min

      Je la cherche moi aussi. Dès que je la trouve, je vous tiens au courant. 🙂

  • Fiers partenaires