Déguster des huîtres, des crevettes et des bigorneaux. Encore et encore…

Le Cap-Ferret est une sorte de Principauté non avouée. Les villégiateurs qui y passent leurs étés essaient de garder ça aussi discret que possible. Le nec plus ultra du bling bling étant parfois de bling blinguer loin des foules. On y croise du pipole français (et du pipole québécois de qualité, infiniment plus détendu) venus se prélasser au bord de l’océan. On y mange aussi ces choses ravissantes que les gens du littoral, ici comme ailleurs, posent sur les tables. Irrésistibles !

IMG_1052

Avant de pousser plus au sud et de plonger au cœur du Cap, une petite halte à Claouey. On verra plus tard si la fréquentation de Carla S. (ex-première dame du pays), Laurent R. (sautillant présentateur d’émission de télé) et autres vedettes nous tente encore.

IMG_1106

Dans le port, au nord du bassin d’Arcachon, plusieurs baraques d’ostréiculteurs se succèdent. La plupart ont conservé leur dépouillement originel. Si vous remarquez des éléments de décor trop clinquants dans une, vous pouvez en choisir une autre, l’idée première étant de manger, pas de se faire dévorer au moment de l’addition. Si vous voyez un panneau indiquant « Avenue du Truc Vert » (sic), faites demi-tour, vous êtes allés un peu trop loin. Si vous entendez le chant des chisteras et des pelotes qui tentent de démolir les frontons, si, autour de vous, des gens, habillés de blanc et de rouge, parlent une langue bizarre, vous êtes allés beaucoup trop loin ; arrêtez-vous, admirez la partie de pelote basque, visitez Hasparren ; vous reviendrez au Cap demain.

IMG_1098

La cabane « À la bonne franquette » a ce côté un peu rustique qui rassure quand vient le moment de passer à table. Dans des lieux comparables en Auvergne, on attend de l’aligot ou de la patranque ; en Alsace, on guette le coq au riesling ; en Provence, on reçoit de la gardianne. Ici, on veut de l’huître, de la crevette rose ou du bulot ; idéalement, on aimerait recevoir un plateau avec un peu de tout.

IMG_1102

C’est exactement ce que l’on vous servira à cette bonne franquette-là. De gargantuesques assiettées d’huîtres, de pantagruéliques plateaux de fruits de mer, du homard et de la langoustine à vous en rassasier. Les conchyliculteurs (d’accord, c’est très laid comme mot, mais les éleveurs de coquillages s’appellent comme ça dans notre belle langue poétique) se passent le mot pour approvisionner les baraques et on ne trouve sur ces tables que du très frais. La proximité du bassin où tanguent langoureusement les plates (barques) des ostréiculteurs a également quelque chose de rassurant.

IMG_1095

De l’autre côté du bassin, les lumières d’Arcachon clignotent dans le soir. À mesure que se vident les bouteilles de petit blanc très sec, le clignotement faiblit. Quand vous ne serez plus en état de les voir clignoter, prenez un taxi. Ce serait dommage que votre voiture finisse dans un parc à huîtres.

IMG_1110

À la bonne franquette — Cabane No 8, 33950 Port de Claouey, France – 05 56 60 72 06

– 30 –





You Might Also Like


  • Christine Couderc
    27 septembre 2013 at 4 h 01 min

    De si belles images ; Une si belle région, une si bonne compagnie ; le bonheur.

  • Fiers partenaires