_

Premier jour de l’été. Sortez le hamac, la chaise longue ou la couverture que vous jetterez dans l’herbe pour bouquiner en mâchouillant un petit brin d’herbe, chapeau de paille sur la tête, orteils en éventail. Trois livres pour commencer l’été sur une note joyeuse et gourmande. Quelques centaines de recettes pleines de soleil, de bonne humeur et de bonheurs anticipés à préparer de petits plats douillets pris entre amis.

À défaut d’aller en Grèce, courez chez votre libraire vous procurer La cuisine de Vefa, cette bible de la cuisine hellène. Dans l’introduction, Vefa Alexiadou, papesse de la cuisine grecque, cite Nikos Katzantakis dans son roman Zorba le Grec : « Je réalisai enfin que manger était une fonction spirituelle et que la viande, le pain et le vin étaient les matériaux bruts dont était fait l’esprit. » Tout est dit. Feuilletez avidement ; laissez votre esprit partir vers les eaux bleues de Mythilène à la rencontre des petits rougets (page 223) ; glissez en planant au-dessus des collines du Péloponnèse pour que les oliviers centenaires caressent votre dos dans un vol face au soleil. Kali Orexi* !



La cuisine de Vefa
Vefa Alexiadou
Éditions Phaidon
480 pages – 49,95 $

* Bon appétit ! en grec

___________________________________________________________________

Les Éditions Rogers ont eu l’excellente idée de traduire au Québec cette jolie briquette végétarienne concoctée par Yotam Ottolenghi. Si vous êtes végétarien, ce que le chef israélien établi à Londres n’est pas, vous connaissez sans doute déjà les innombrables vertus des courgettes, de la citrouille ou du céleri. Si vous êtes omnivore, vous pourrez découvrir celles du topinambour, de l’artichaut ou de la nouille soba à l’aubergine et à la mangue (page 112). Vous épaterez vos amis et vous épaterez vous-mêmes grâce à l’une de ces superbes recettes ou le légume règne. Si vous craquez, vous pouvez compléter votre assiette d’une ou deux cailles préalablement passées sur le grill. Yotam approuve.

Plenty : l’exquise cuisine végétarienne du chef Yotam Ottolenghi
Yotam Ottolenghi
Les Éditions Rogers
288 pages – 34,95 $

___________________________________________________________________

Un peu plus costaud sous la canicule, mais tout aussi instructif et divertissant. Jean-Baptiste Thiveaud, natif du Lot, département rural français peuplé de canards et d’oies, et où la poêlée de cèpes ou la pomme de terre farcie au canard et foie gras (page 268) sont considérées comme des éléments essentiels du patrimoine. Contrairement à la croyance populaire, le canard n’est pas gras, dans la mesure où ses graisses sont insaturées, donc assez amicales pour qui a le cholestérol sensible. On découpe la belle volaille et l’on suit le chef dans ses adaptations des diverses parties. Pour vous aider à dissoudre les éventuelles graisses, insaturées ou pas, le chef propose une liste de petits vins d’accompagnement. Un saint ! Ou presque…

Le grand livre du canard gras
Jean-Baptiste Thiveaud
Éditions Marabout
318 pages – 44,95 $


Partagez


Article suivant

Et aussi …