_

Vous êtes sans doute passés mille fois devant ce restaurant sans vous douter de quoi que ce soit. Vous vous êtes peut-être dit que c’était dommage que rien de vraiment transcendant ne se passe sur les tables de ce quartier. J’ai fait comme vous jusqu’à ce samedi très quelconque de début de printemps. Jusqu’à ce que je m’assieds à la table du Contemporain.

Caché au fond du Musée d’art contemporain de Montréal se trouve Le Contemporain, l’une des meilleures tables de Montréal. Surprise totale. Aucune enseigne, aucune indication, aucune mise en bouche signalétique. Rien. Et pourtant, dès que les assiettes arrivent, tout est là : beauté, équilibre, fragrances, saveurs. Les assiettes composées par le chef Antonin Mousseau-Rivard viennent en écho parfait aux œuvres les plus joyeuses des grands peintres exposées quelques mètres plus loin.

Tout dans sa carte, de cette soyeuse crème aérée de chou-fleur au siphon, pomme verte, herbes fraîches, myrica, huile vierge au gingembre frit jusqu’à cette très jouissive Pavlova déconstruite à la sanguine et jeune mélisse est du bonheur pur. Et le bonheur est constant tout au long du repas, pétoncles, morue, truite confite ou cet impeccable plat de côtes 72 heures, champignons, cresson aigre, oignons joliment rôtis en gobelets de jus corsé.

Ajoutez à ceci, un service impeccable, un sommelier réveillé et une pâtissière, Marie-Claude Fyfe, sensible à la beauté des choses et vous avez, à des prix extrêmement amicaux, tout pour passer un très agréable moment à table.

En sortant, vous vous demanderez certainement comment il est possible que les gens du Musée d’art contemporain de Montréal ne fassent aucune promotion de ce lieu qui pourtant est dans la ligne parfaite de ce que le musée propose. Aucune trace, si ce n’est une vague mention sur le site internet. À n’y rien comprendre. Je veux bien croire que ce n’est pas la vocation du musée, mais quand même. Je ne me souviens pas avoir mangé aussi bien pour aussi peu dans un musée, le restaurant du Guggenheim à New York par exemple facturant le gros prix pour une performance bien moindre. À force de se faire dire qu’ils possèdent l’un des meilleurs restaurants en ville, sans doute envisageront-ils en parler et en faire profiter le public.

Pour finir sur une note réjouissante, aux beaux jours, la terrasse est aussi splendide que la prestation des cuisiniers. À suivre.

Le Contemporain — 185, rue Sainte-Catherine Ouest – 514.847.6900


Partagez


Article suivant

Et aussi …